Close

Isabel Miramontes : la part du vide

Baigneuse


Isabel Miramontes
est à l’honneur à la Sakah Galerie à Toulouse jusqu’au 26 janvier prochain.

Cette artiste espagnole qui vit et travaille en Belgique, crée des sculptures en bronze à la patine chaleureuse. Ses œuvres montrent des corps humains ébauchés, associés à des formes ou à des objets et d’autres, plus réalistes. Dans la plupart de ses œuvres, le vide s’invite.

Le corps, la posture, le mouvement et l’essence de la vie humaine sont au cœur du travail de Miramontes.

Sculpture sur vide

A travers des corps découpés en lanières, Isabel Miramontes explore le concept de sculpture. Au plein de la sculpture habituelle, elle oppose un vide apparent. Pour elle, la sculpture n’est pas un bloc de matière auquel on donne une forme, la sculpture est un vide auquel l’artiste donne une surface.

Le corps, presque là

Intimidad

Les découpes de ces personnages qui évoquent les bandelettes des momies, donnent l’image d’un corps réduit à son empreinte. Amené à disparaître, il ne restera du corps qu’un souvenir.
Ce rapport à la mémoire est très présent avec la Baigneuse en costume de bain « début du siècle ». La forme tendre du corps de cette femme qui teste l’eau de son gros orteil semble prête à s’évanouir.

On éprouve le même sentiment qu’en face d’une photo ancienne : les protagonistes sont morts mais la vitalité des corps est terriblement présente. Ce sentiment fugace entre apparition et disparition est aussi présent dans l’œuvre Intimidad.
Rendez-vous

Le corps de passage devient parfois invisible.

La courbe d’une chaise longue, d’un banc, un visage et des pieds suggèrent la présence d’un corps possible comme un esprit qui aurait choisi d’habiter là.

 

La symbolique du vide

Corazon

 

La portée des personnages de Miramontes dont le visage n’est qu’ébauché est métaphorique et métaphysique.


Pour Isabel Miramontes, l’existence humaine, à la fois concrète et impalpable, est faite de chair et d’os et de cette part de vide essentielle que constituent nos émotions. Miramontes travaille avec justesse le geste, la posture de cette expérience du corps transcendée par l’esprit.

Anne DargentonUn article à retrouver sur Jardins Mentaux

.

Partager : Facebook Twitter Email

 


Plus d'articles de