Close

On connaît la chanson… Addicted to Love par Robert Palmer

17 Mai Publié par dans Musique | Comments

Chaque mercredi, nous évoquons à travers une vidéo une chanson connue ou méconnue, revisitée ou immortalisée.

Addicted to Love par Robert Palmer

L’auteur, compositeur et interprète britannique (1949-2003) fait partie de ces artistes connus et méconnus à la fois. En effet, le succès planétaire de tubes comme Every Kinda People et Johnny and Mary (succès perpétué par leur utilisation dans des publicités et des reprises) a pu éclipser la variété des talents de celui qui, en une quinzaine d’albums studio, s’est frotté à la soul, au funk, au rock, au blues, au jazz, au reggae ou à la bossa. Son double album Don’t Explain, sorti en 1990, illustre à la perfection ce mélange des genres avec notamment des reprises d’Otis Redding, Billie Holiday ou Bob Dylan (I’ll Be Your Baby Tonight avec UB 40).

En compagnie de grands orchestres ou de formation resserrées aux guitares abrasives (à l’image du groupe The Power Station qu’il forma avec John et Andy Taylor, respectivement bassiste et guitariste de Duran Duran, ainsi qu’avec Tony Thompson, batteur de Chic), ce crooner plein d’élégance se moquait des étiquettes et refusait toute assignation à résidence. Comme d’autres, au milieu des années 80, Robert Palmer surfa sur la vogue des clips portée par le succès de MTV et Addicted to Love, extrait de l’album Riptide sorti en 1986, marqua les esprits. Réalisé par le photographe de mode Terrence Donovan, le clip doit sa réussite à une idée aussi simple qu’imparable : filmer le chanteur accompagné en playback par cinq mannequins faussement « clonés » par les effets du maquillage, de la coiffure et des tenues… La froideur des modèles dodelinant mollement et esquissant quelques pas de danse minimalistes contraste avec le climat brûlant d’une chanson où les guitares lorgnant sur le hard rock (Andy Taylor et Eddie Martinez), les coulées de cuivres, les nappes de synthétiseur (le français Wally Badarou) et la batterie de plomb (Tony Thompson) se mettent au service des accents bluesy du chant de Palmer. Plus de trente ans après, ce cocktail n’a rien perdu de son humour et de son efficacité.

.

.

Christian Authier


Bonus

.


Chaque mercredi, nous évoquons à travers une vidéo une chanson connue ou méconnue, revisitée ou immortalisée.

The Girl from Ipanema par Frank Sinatra et Antonio Carlos Jobim

Jump par Bruce Springsteen

My Secret Place par Joni Mitchell et Peter Gabriel

My Mistake par Daryl Hall et Nikki Jean

Hurt par Johnny Cash

Flying Cowboys par Rickie Lee Jones

Gimme Shelter par U2, Mick Jagger, Fergie & Will.i.am

Cars and Girls par Prefab Sprout

Get Lucky par Daft Punk

Dondi par Ed Motta

Sweet Jane par Lou Reed

Man in the Mirror par Siedah Garrett

Where Is My Mind ? par Placebo & Frank Black

I Want Your Love par Chic

Young Americans par David Bowie

Nougayork par Claude Nougaro

Walk This Way par Run-D.M.C. & Aerosmith

Medley par Prince

By This River par Brian Eno


Partager : Facebook Twitter Email

 


Christian Authier Plus d'articles de