Close

Petit marché au Salon de l’Art contemporain 2017

03 Mar Publié par dans Arts plastiques | Comments
Je vous propose de faire le tour de ma galerie virtuelle suite au Salon de l’Art contemporain qui s’est tenu à Toulouse du 24 au 26 février 2017. J’avoue être restée de marbre devant les peintures du réel sans âme et le Nouveau réalisme/Pop art quasi pompier. J’ai plutôt misée sur l’abstraction et la matière.
.
ABSTRACTION

 

Marie MIRAMONT
A grands coups de pinceau noir, l’artiste trace ses formes d’un geste calligraphique dont seuls les bords de la feuille de papier semblent limiter l’énergie. 

Art by ENITRAM
Des effets à la Jackson Pollock mais, dans la mêlée des jets de couleurs, des agencements quasi mathématiques pour une peinture vibrante et harmonieuse. 


TABLEAUX-MATIÈRE
Une variation autour de l’os qui renvoie aux sociétés premières de l’âge de l’Os et de la Pierre. Une construction de tableaux-cercueils qui au-delà des effets plastiques d’accumulation et de captation de la lumière interroge sur la mort et la régénération. Dans certaines tribus nord-américaines, on gardait précieusement les os d’un animal tué pour les enterrer afin que l’animal puisse se revivre.

 

Yann MASSEYEFF
Ses tableaux sont des déclinaisons d’objets en grès énigmatiques comme les glyphes d’une écriture disparue ou des pierres magiques. Chaque signe arrondi semble mû par son propre mouvement intérieur.
Anne-Marie MARY
Il y a des oeuvres qui intriguent.
Celle-ci parle de mémoire, de témoignage. On encadre un morceau de papier qu’on aurait pu sauver de l’inondation ou d’un incendie ou encore des affres du temps. Cette page blanche jaunie aurait pu être une lettre qui disait tout ce qu’il fallait savoir, elle pourrait être le reste cher d’une époque révolue.
PAYSAGES

L BOURO
Une découverte très attachante de ce salon. Un travail d’épure du paysage posé entre le noir et blanc dans des tableaux carrés. Une peinture à l’huile sur bois à laquelle craquelures et vernis confèrent une facture ancienne. Pour aboutir à un paysage symbolique, intérieur, image de ce qui naît entre l‘ombre et la lumière.



 

Laurent QUINKAL
Ses photographies de forêts abstraites issues d’une technique élaborée uniquement à la prise de vue sans retouche ou montage nous emmènent dans un monde parallèle.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
PORTRAITS et CORPS

Carmen SELMA On est captivé par ses visages fauves à la matière épaisse. Des regards exorbités pour faire ressortir l’émotion et la profondeur des êtres par lesquels l‘artiste cherche à nous montrer ce qui anime les gens derrière les portraits de famille.
THOM’ART
Des corps évanescents semblent surgir de la blancheur de la toile comme une apparition pour se mettre en marche. 

SCULPTURES

Des formes aux couleurs chatoyantes qui se tordent de sensualité comme pour s’extirper de leur origine industrielle.








Cristina AYUSO
L’artiste utilise notamment le cuir pour construire ses têtes intrigantes sorties d’un univers de contes de fées.

Corinne CHAUVET
L’artiste était de retour au salon avec ses bonzes souriants et solaires.



Un article à retrouver sur Jardins mentaux
Partager : Facebook Twitter Email

 


Plus d'articles de