Close

L’Auberge de la Forge à Lavalette. On y va ! Et tout de suite !

02 Mar Publié par dans Gastronomie | Comments

Vous vous doutez bien que je ne vous conte pas bon nombre de mésaventures.

Car ça ne vaut même pas le coup d’être signifié, parce que malgré toute la bonne volonté du monde, il peut y avoir des jours sans ou tout simplement parce qu’un Mc Bacon à Anglet ne vaut pas dissertation…

Alors quand on tombe sur une adresse comme celle-là, recommandée chaudement par un lecteur avisé, il faut mettre les bouchées doubles.

Ça s’est passé la semaine dernière, jeudi précisément. Temps magnifique qui pare la campagne d’un léger éveil printanier, trajet heureux, voilà la place de la mairie et son Auberge de la Forge. On n’est pas loin de Verfeil et de sa belle Promenade, il va falloir que ça le fasse.

La Salle est très jolie, la cheminée centrale réchauffe agréablement le dos, briquettes, tomettes et jeune chef/patron visiblement seul ce jour-là pour gérer cuisine, salle et vin, sportif.

Bon, nous n’étions que 6 ce jour-là à meubler le paysage… C’est pour ça! Et pour tout le reste aussi qu’il faut y aller…

oeuf

Voyez : Je me sentais bien le menu à 36€, l’intitulé de chaque plat faisant tilt instantanément dans ma tête. Entrée un poil végétale; fumé, nappant, croquant, acidité, tout était là, ma langue valsait à l’idée de ce qu’elle allait tâter quelques minutes plus tard…

Et puis non, le chef étant seul pour tout gérer, seul un menu déjà 20€ était possible, ça allégera le porte-monnaie sans forcément faire pâtir les papilles.

Le reste se passe de commentaires…

Une jolie focaccia avec pipette d’huile d’olive et remarquable jambon artisanal sont amenés pour nous faire patienter jusqu’au syphon aérien, goûtu et terrien (de patates, noisettes et cie) servant de mise en bouche.

citron

La bouche étant mise, elle a accueilli avec ravissement l’œuf poché. Un poil de seiche, quelques tous jeunes petits pois, pousses d’épinard, condiment d’agrume et autre condiment à base visiblement de yaourt frais, une tuerie! Sauvage, naturel, une jolie fraîcheur qui fait ressentir l’instant!

Gigot d’agneau cuit rosé, poireaux crayons, topinambour et chanterelles. Dans la même veine, tout coule de source, les cuissons sont maîtrisées, le goût s’en ressent, top!

Dessert à base de suprêmes de mandarine, croquant de pâte à choux, pâte et sorbet d’un agrume dont je ne me rappelle pas le nom, mais un ensemble parfait. Sur l’acidité, sucre bien géré, équilibre maîtrisé, on est bien, très bien.

Non vous n’avez pas rêvé, 20€. Inutile de refaire la liste de ce que vous mangerez ailleurs pour ce prix là…

Le bas blesse un peu sur les vins, ils devraient être un poil plus percutants. Chaque chose en son temps me direz-vous, et puis le domaine Fouassier en Sancerre a correctement rempli son rôle tout de même!

Bref, vous aurez compris que c’est la belle surprise du moment, l’adresse est encore récente (à peu prés 8 mois) et ne demande qu’à exploser… et ça, je pense que ça ne saurait tarder!

Une Chronique de Rod’n Roll

Auberge de la Forge. Place de la Mairie . Lavalette (31) . 05 61 84 76 00

Rod’n Roll

Partager : Facebook Twitter Email

 


Rod'n'Roll Plus d'articles de