Close

Catherine Tessier  // Articles publiés par Catherine Tessier

19 Mar Publié par dans Opéra | Comments

Ernani : les lunettes noires de l’émotion

Qu’il soit de Séville ou bien d’Aragon, Brigitte Jaques-Wajeman place la destinée de son Don Giovanni dans un vide. Avec arbres. Sans unité de lieu ni de temps, Ernani demande de l’astuce ou de longs précipités, de l’imagination ou des toiles peintes de ciels orageux. Au pied de deux grands arbres donc, les bandits sortant […]

Lire la suite...

08 Mar Publié par dans Théâtre | Comments

Bérénice, partition pour un acteur : porter la pourpre

Défi personnel, besoin de s’exposer, de se mettre en danger, manque de moyens ? Francis Azéma, pieds nus, habillé en lui-même, joue Bérénice en solo. La pourpre drapée, jetée sur les épaules, en fichu sur la tête, ou portée en châle, fait se succéder, s’incarner les personnages. De face, de dos, de profil, depuis la coulisse […]

Lire la suite...

26 Fév Publié par dans Théâtre | Comments

Und : la voix humaine

Une grande statue, hiératique, est posée sur le plateau nu. Mains dans le dos, robe sirène rouge opéra. Accrochées en cercle au-dessus d’elle, des lames de glace brillent et gouttent. Larmes de glace. En retard. La femme attend un Godot. Ressasse l’histoire d’un homme, son café sur la table verte, la botte qui s’enfonce dans […]

Lire la suite...

12 Fév Publié par dans Gastronomie, Peinture | Comments

Criollo et les Âmes : quand deux artistes se rencontrent

C’est la trentième Carte des saveurs de Criollo Chocolatier : blanche, épurée, belle. Le luxe de l’excellence. C’est la carte d’une nouvelle rencontre, celle de deux artistes, de deux chercheurs, de deux talents, tour à tour muse et créateur l’un pour l’autre. L’unique trait de stylo des Âmes de Sandrine Follère, peintre et sculpteur, a séduit […]

Lire la suite...

03 Fév Publié par dans Opéra | Comments

L’Enlèvement au sérail : beaucoup plus pour le Sing que pour le Spiel

Quand il ne regarde pas un film super huit où lui sourit une jeune femme aux cheveux longs bouclés, vêtue d’un chemiser blanc à pois, le Pacha de Tom Ryser joue à la poupée, habillant ses femmes de chaussures à talons, chemisier blanc à pois et perruque de cheveux longs bouclés. Mais l’habit ne fait […]

Lire la suite...

24 Déc Publié par dans Opéra | Comments

Candide : car tout est bien !

Voltaire quitte son voltaire pour saluer la cour à cour. Aurait-il vraiment salué la cour ? La mystérieuse arche du Concert de Noël n’appartenait donc pas au toit de quelque crèche, mais à ce hangar à étage, à praticables, à estrades, qui fait le tour du monde en une unité de lieu. Trois fois rien […]

Lire la suite...

19 Déc Publié par dans Théâtre | Comments

Espæce : décor et des corps

Ils lisent devant un décor qui n’en est pas un, mur gris seulement percé de deux sorties de secours. Ils lisent parce que le mur a affiché « lire ». Ils cherchent dans leur livre parce que le mur a affiché « lire la phrase la plus importante ». Puis ils écrivent au mur, mot […]

Lire la suite...

26 Nov Publié par dans Opéra | Comments

Le Turc en Italie : Che bel canto!

Le solo de cor réveille une à une lanternes, enseignes, persiennes. On baille, on époussette, on sort de son trou, on déménage Rossini. Les carottes sont bien alignées à la devanture de l’échoppe. Début de service pour la ligne de tramway Coulisses – Scène. Vespa et vélos passent. Les locataires de l’hôtel ont fenêtre sur […]

Lire la suite...

09 Oct Publié par dans Opéra | Comments

Béatrice et Bénédict : vous reprendrez bien un peu de Shakespeare ?

« De fait, Berlioz s’est vu contraint de tailler largement dans la comédie de Shakespeare. Seulement sa chirurgie a été à ce point radicale qu’elle est ressortie de ses mains proprement défigurée. » [1] Alors Richard Brunel et Catherine Ailloud-Nicolas remettent du Shakespeare dans du Berlioz imité de Shakespeare. Fallait-il mentionner « d’après Berlioz » […]

Lire la suite...

16 Juil Publié par dans Opéra | Comments

Faust : Satan conduit le bal

D’une page du grand livre le vieux Faust se fait une couverture. « Dieu ! » Un spectateur retardataire s’installe dans la loge à cour. On n’est pas discret dans l’au-delà du quatrième mur.   Le décor hésite entre réalisme et abstraction hermétique. Pour jouer à cache-cache avec le diable, on ouvre et ferme scrupuleusement les portes […]

Lire la suite...