Close

Quand les utopies partent en vrille

13 Mai Publié par dans Cinéma | Comments

Problemos, un film d’Éric Judor

Avouons que le dernier opus de ce réalisateur, sous rubrique, n’était pas attendu avec beaucoup d’impatience, tant il était plombé par le précédent, un funeste La Tour 2 contrôle infernale sorti en 2014. Ayant laissé le soin d’écrire le scénario cette fois à Blanche Gardin, Eric Judor nous livre ici une comédie sociale parfaitement actuelle et plutôt bien vue.

Nous voilà au cœur d’une ZAD (zone à défendre) sur laquelle d’odieux hommes d’affaire ont la volonté d’ériger non pas un aéroport mais un parc aquatique. Tout parallèle serait le mal venu. Une communauté s’est donc installée sur les lieux et vit dans un véritable chaos anarchique, chacun ayant droit à la parole, la propriété individuelle ainsi que tout appareil électronique étant bannis de ce sanctuaire. On se croirait à Woodstock version peace and love !

C’est là que Jeanne (Célia Rosich) et Victor (Eric Judor) décident de s’arrêter juste pour saluer le prof de yoga de madame qui se trouve être le chef de cette improbable cohorte. Finalement, et après le temps d’adaptation nécessaire à intégrer pareil groupe, notre couple va rester un moment plus long que prévu d’autant que survient un fait étrange. Une pandémie a ravagé toute la population terrestre. Ils sont les seuls survivants. Enfin, les seuls, pas très sûr tout de même. Politiquement parfaitement incorrect (la scène du djihadiste est à s’écrouler de…rire), foutraque, loufoque, inégal aussi, mais au total une satire assez féroce de certains mouvements joyeusement utopistes. Le casting et les dialogues sont au cordeau. Rires assurés.

Robert Pénavayre


 

Partager : Facebook Twitter Email

 


Robert Pénavayre Plus d'articles de