Close

Le désert du barbare

19 Avr Publié par dans Cinéma | Commentaires

Pour son deuxième long, le fils de l’oscarisé Alfonso Cuaron (Gravity/2014) aborde le thème brûlant de l’immigration clandestine, et plus particulièrement celle qui voit des milliers de Mexicains tenter de rejoindre les Etats Unis.

desierto film

C’est ainsi que Jonas Cuaron nous met en présence d’une poignée de candidats à une vie meilleure, entassés dans un camion roulant  en plein désert vers un horizon utopique. Panne. La route doit se continuer à pied. Bientôt les barbelés sont franchis.  Voilà nos immigrés en terre promise. Ils ne savent pas que leur route va croiser par hasard celle d’un yankee parti à la chasse avec son immonde clébard. Ils ne savent surtout pas qu’ils vont devenir les gibiers de cet homme au comportement aussi alcoolisé qu’extrémiste et  dangereux. Une véritable tuerie d’un incroyable sang-froid met à nu la folie de cet homme. Tirés comme des lapins, égorgés par le chien comme de vulgaires moutons, les immigrés sont décimés. Un  seul   leur échappe.

Finalement il va se retourner contre ce barbare des temps modernes. La traque au milieu des serpents et des cailloux du désert devient alors une course-poursuite qui transforme ce film en un thriller mâtiné de western.

desierto afficheUn formidable travail sur la prise de son nous met au cœur de ce désert aride et inhospitalier, désert sur lequel règne un silence mortel, seulement interrompu par les coups de feu, le sifflement des crotales, les pas des migrants, leur souffle court. Nous sommes là dans une mise en scène sonore d’une redoutable efficacité. Le film est porté par deux comédiens : Gael Garcia Bernal, le migrant courageux et pugnace, et Jeffrey Dean Morgan, hallucinant en monstre des temps modernes. Une réflexion cinématographique tout sauf anodine à une époque de flux migratoires problématiques.

Robert Pénavayre

Desierto
De Jonás Cuarón
Avec Gael García Bernal, Jeffrey Dean Morgan, Alondra Hidalgo plus
Genre Thriller

Partager : Facebook Twitter Email

 


Robert Pénavayre Plus d'articles de