Close

Bruno Rigutto, l’invité de l’Orchestre de Chambre de Toulouse

16 Jan Publié par dans Musique classique | Commentaires

La série de concerts de l’OCT pour le mois de janvier reçoit un invité de marque. Le grand pianiste Bruno Rigutto apporte sa contribution au programme présenté à deux titres : celui de soliste et celui de commanditaire. En effet, non seulement il interprètera l’un des très beaux concertos écrits par Joseph Haydn pour son instrument, mais il participera également à la création du concerto composé, à sa demande, par Gilles Colliard, dont on connaît les talents multiples d’interprète et de créateur.

Les 18, 19, 21 et 22 janvier, c’est à un programme mêlant musiques d’hier et d’aujourd’hui que sont convié les habitués des concerts de l’OCT et tous les mélomanes curieux. Soliste reconnu dès sa sortie du conservatoire de Paris, Bruno Rigutto est l’invité de nombreuses formations à travers le monde. Il a toujours su concilier les exigences d’une carrière internationale en tant que soliste ou comme chef d’orchestre avec les qualités d’un professeur reconnu (CNSM de Paris entre autres). Personnalité audacieuse et contrastée, capable de poésie subtile et de lyrisme puissant, il avoue avoir reçu de Samson François, dont il fut le disciple pendant dix ans, « le sens de la liberté dans la musique, la générosité, le besoin d’imagination, et surtout le sens du toucher ».

rigutto-bruno_jean-baptiste-millot

Le pianiste Bruno Rigutto – Photo Jean-Baptiste Millot –

En 1965, Bruno Rigutto fut lauréat du Concours International Marguerite-Long, puis, l’année suivante, du Concours Tchaïkovski. Il entame alors une carrière de soliste. Il est tout d’abord invité par les orchestres de Radio France, des Concerts Lamoureux, Pasdeloup et Colonne et les grandes formations régionales françaises. Puis sa carrière s’internationalise. Il enchaîne les tournées en Europe, aux Etats-Unis, au Japon. Il se produit auprès des plus grands chefs d’orchestre : Carlo-Maria Giulini, Lorin Maazel, Georges Prêtre, Kurt Masur. En musique de chambre, il s’associe avec Jean-Pierre Wallez, Isaac Stern, Pierre Amoyal, Mstislav Rostropovitch, Yo Yo Ma, Barbara Hendricks. Il fait ses débuts de chef d’orchestre en 1984.

Dans le domaine pédagogique, Bruno Rigutto a enseigné aux conservatoires de Maisons-Alfort et de Villeneuve-Saint-Georges. Il est régulièrement invité à donner des master-classes à l’Académie d’Eté du Festival de Musique d’Albi ou à l’Académie Internationale de Nice. A partir de 1981, succédant à Aldo Ciccolini, il est nommé professeur de piano au CNSM de Paris. Il enseigne actuellement à l’Ecole Normale Alfred Cortot. Sa discographie compte une quarantaine d’enregistrements. Enfin, Bruno Rigutto est aussi compositeur. En 1972, il signe notamment la musique du film de Nina Companeez, Faustine et le bel été.

Lorsqu’un interprète aussi talentueux que Bruno Rigutto demande à Gilles Collard de lui écrire un concerto, la joie mais aussi l’honneur et la responsabilité sont immenses ! Le directeur musical de l’OCT s’est donc attelé à la tâche avec la frénésie qu’on lui connait ! Il choisit alors une instrumentation « classique » avec 2 hautbois et 2 cors qui se joignent aux cordes, ce qui lui permet de proposer au cours de la même soirée le concerto pour piano en ré majeur de Haydn qui utilise la même instrumentation ! Deux symphonies, l’une de Jospeh Haydn, l’autre de Johann Stamitz, étant également offertes, c’est au final un programme éminemment classique qui nous est proposé avec, « en prime », une création mondiale !

Serge Chauzy
une chronique de ClassicToulouse

rigutto16Renseignements et réservations :

Orchestre de Chambre de Toulouse
Tél: 05 61 22 16 34

Programme des concerts donnés les 18 et 19 janvier 2016 à 20 h 30 à l’auditorium Saint-Pierre des Cuisines et les 21 et 22 janvier 2016 à 20 h 30 à l’Escale de Tournefeuille

* J. Haydn
– Concerto pour piano en ré majeur
– Symphonie n°2 en ut majeur

* G. Colliard
– Concerto pour piano et orchestre (création)

* J. Stamitz
– Symphonie opus 3 n°3

Partager : Facebook Twitter Email

 


Serge Chauzy Plus d'articles de