Close

Les Clefs de la découverte

12 Nov Publié par dans Musique classique | Commentaires

Sous le titre « C’est pas bien grave ! », le deuxième concert de la saison de musique de chambre des Clefs de Saint-Pierre investit un répertoire rare, grâce à la venue d’une formation peu habituelle. C’est là encore l’un des intérêts de cette belle saison de concerts qui allie qualité musicale, découvertes et convivialité. Felix Mendelssohn et Ralph Vaughan Williams sont inscrits à ce programme qui réunit un violoniste, deux altistes, un violoncelliste, un contrebassiste et une pianiste : un ensemble peu habituel et qui devrait réserver de belles surprises.

Clefs de Saint-Pierre

Mendelssohn n’est pas à proprement parler un compositeur rare. En revanche, son Sextuor, qui porte étrangement le numéro d’opus 110, alors qu’il s’agit d’une œuvre de prime jeunesse, connaît peu d’exécutions. La composition instrumentale en est étrange : un seul violon, deux altos, un violoncelle, une contrebasse et un piano. En fait, le jeune adolescent de 15 ans écrivait là, en 1824, une sorte de petit concerto pour piano et cordes. Mendelssohn ne jugea pas la partition digne d’être publiée, ce qui explique le numéro d’opus tardif. Elle présente pourtant des qualités étonnantes, et pas seulement pour la jeunesse de son auteur. On connait d’ailleurs la précocité du talent de Mendelssohn dont la célèbre et géniale ouverture du Songe d’une nuit d’été date de ses dix-sept ans. Quatre mouvements composent ce Sextuor : un Allegro vivace, suivi d’un Adagio, d’un Menuet et d’un Allegro con fuoco final.

Ralph Vaughan Williams ne connait pas chez nous la même célébrité que Mendelssohn. Né le 12 octobre 1872 à Down Ampney et mort le 26 août 1958 à Londres, il est l’un des grands compositeurs britanniques du XXème siècle, aux côtés de Benjamin Britten, de Sir Edward Elgar ou encore de Sir Malcolm Tippett. Il a œuvré aussi bien dans la musique symphonique, en musique de chambre, dans l’opéra, la musique chorale et même la musique de film. Très influencé par la musique folklorique, il est l’auteur d’un grand nombre d’arrangements de chansons traditionnelles dont il fait des airs à part entière. Son Quintette en do mineur avec contrebasse et piano est une de ses premières œuvres (1903). Elle utilise la formation du célèbre Quintette La Truite de Schubert. Ses trois mouvements illustrent les capacités créatrices de ce musicien anglais prolifique : un Allegro con fuoco tonique, un Andanteretenu et un Finale divisé en variations autour d’un thème cher au compositeur : il le reprendra en effet 50 ans plus tard dans sa Sonate pour violon et piano.

Le groupe de musiciens qui se lance dans cette belle aventure est composé de Jean-Baptiste Jourdin, violon, Maïlyss Cain et Audrey Leclercq, altos, Sébastien Laurens, violoncelle, Pierre Héquet, contrebasse et Inessa Lecourt, piano.

Serge Chauzy
une chronique de ClassicToulouse

3 CSP 16 nov 15Renseignements détaillés et réservations au 06 63 36 02 86

Email : internotes.toulouse@gmail.com
Internet : http://lesclefsdesaintpierre.org/

Programme du concert donné le 16 novembre 2015 à 20 h à l’auditorium Saint-Pierre des Cuisines

* R. Vaughan Williams
- Quintette en do mineur avec contrebasse et piano

* F. Mendelssohn
- Sextuor op. 110

 

 

Partager : Facebook Twitter Email

 


Serge Chauzy Plus d'articles de