Close

De Saint-Saëns à Takemitsu

14 Nov Publié par dans Musique classique | Commentaires

Après avoir fait des débuts remarqués à la tête de l’Orchestre national du Capitole, la saison dernière, avec la Symphonie fantastique de Berlioz, le jeune chef japonais Kazuki Yamada est de retour à la Halle aux Grains. Il revient diriger la phalange toulousaine dans un programme original associant deux des plus célèbres compositeurs français du début du XXème siècle, Maurice Ravel et Camille Saint-Saëns, au Japonais Toru Takemitsu. Le grand violoncelliste français Gautier Capuçon sera le soliste de cette soirée du 15 novembre.

Le violoncelliste Gautier Capuçon  - Photo Michael Tammaro/Virgin Classics -Né en 1981, Gautier Capuçon est lauréat du Premier Grand Prix du Concours international André Navarra à Toulouse. Il se produit avec les plus grands orchestres sous la direction de chefs comme Semyon Bychkov, Myung-Whun Chung, Gustavo Dudamel, Charles Dutoit, Valery Gergiev, Paavo Järvi, Yannick Nézet-Séguin, Leonard Slatkin, Tugan Sokhiev… En 2012/2013, il est réinvité par l’Orchestre philharmonique de Los Angeles, les orchestres symphoniques de Seattle, Chicago et Vienne, le Chamber Orchestra of Europe, le Deutsches Symphonie-Orchester de Berlin. Il se produit en récital et musique de chambre à Paris, Londres, Amsterdam, Moscou, Madrid et Vienne. Cette saison, il débute aux côtés de l’Orchestre du Concertgebouw et du New York Philharmonic Orchestra.

Gautier Capuçon revient à Toulouse pour interpréter le Premier concerto pour violoncelle et orchestre de Camille Saint-Saëns qu’il vient d’enregistrer avec l’Orchestre philharmonique de Radio France sous la direction de Lionel Bringuier. Composé en 1872-1873 et dédié à Auguste Tolbecque qui le crée le 19 janvier 1873 sous la direction d’Edouard Deldevez, ce concerto est construit en trois mouvements qui se jouent enchaînés. À l’égard d’un instrument dont il ne jouait pas, Saint-Saëns y témoigne d’une maîtrise étonnante : il met en valeur l’étendue et la richesse de la tessiture du violoncelle, tout en l’enchâssant de manière équilibrée dans l’orchestre.

Kazuki Yamada Photo: Marco BorggreveKazuki Yamada, né au Japon en 1979, a remporté en 2009 le Grand prix du 51e Concours international des jeunes chefs d’orchestre de Besançon. A la suite d’un premier et exceptionnel concert avec l’Orchestre de la Suisse Romande en juin 2010, il est nommé Premier chef invité de la formation helvétique à partir de 2012/2013. La même saison, il débute à la tête du Philharmonia Orchestra, des orchestres philharmoniques de Stockholm, Turku, Essen, de l’Orchestre national du Capitole de Toulouse, des orchestres symphoniques de Göteborg, de Castille-Leon et du WDR de Cologne (Festival de Bad Kissingen). Au Japon, Kazuki Yamada est chef associé de l’Orchestre symphonique de la NHK et dirige régulièrement le Japan Philharmonic Orchestra, l’Orchestre symphonique de Tokyo, les orchestres philharmoniques de Kanagawa, Nagoya et Sendai.

Outre le concerto de Saint-Saëns, il dirigera à Toulouse les deux partitions que Ravel a consacrées à la valse : les Valses nobles et sentimentales, inspirés des deux recueils éponymes de Schubert, et le fameux poème chorégraphique La Valse. Le concert s’ouvrira sur une partition précieuse de 1982, signée Toru Takemitsu et intitulée Star-Isle. Très proche de compositeurs français comme Debussy, Satie ou Messiaen, Takemitsu a marqué le siècle de son raffinement orchestral.

Serge Chauzy
Un chronique de Classic Toulouse

15 nov ONCTOrchestre National du Capitole
15 novembre 2013 – Halle aux Grains
Réservation

 

 

 

 

 

.

 

Partager : Facebook Twitter Email

 


Serge Chauzy Plus d'articles de