Close

5, 6, 7 septembre : tous au Cloître !!! Le Festival Piano aux Jacobins a commencé depuis les soirées du 3 et 4

03 Sep Publié par dans Musique classique | Commentaires

On le sait, l’adage qui vous dit « la valeur n’attend pas le nombre des années » s’est trouvé maintes fois vérifié pour les artistes doués du clavier. Les exemples foisonnent mais on est toujours surpris devant les talents multiples de certains, et le jeune Kit Armstrong en fait partie.

Kit Armstrong

A peine vingt-un ans, on va le découvrir au Cloître dans le cadre de Piano aux Jacobins. Le programme qu’il va nous interpréter peut être qualifié de … culotté ! Voyez un peu :

LIGETI
Musica Ricercata n°1 à 7

BACH
Prélude et fugue n°20 en la mineur, BWV 889 (ext. Clavier Bien Tempéré – Livre II)

BACH
Sonate en trio n° 3 en ré mineur, BWV 527

BACH
Prélude et fugue en la mineur, BWV 894

LIGETI
Musica Ricercata n°8 à 11

BACH
Préludes de chorals BWV 614 et 605
Préludes de chorals BWV 712
Préludes de chorals BWV 721 et 724
Préludes de chorals BWV 655 et 654

LIGETI
Etudes (exts.)

 

Un petit peu de Ligeti, un petit peu de Jean-Sébastien Bach, voilà qui n’est pas courant. Mais on se doute que ce petit génie n’a peur de rien. Cependant, sans forfanterie aucune, l’artiste étant réputé comme plutôt timide. C’est aussi un compositeur ayant des œuvres pour piano, ou clarinette, ou marimba, ou formations de chambre déjà interprétées. En somme, un début de carrière fulgurant pour ce jeune homme champion d’origami qui adore aussi, les mathématiques… !!

Le lendemain, 6 septembre, rebelote, avec un autre phénomène, Karim Saïd, pianiste né à Amman qui s’intéresse évidemment au piano mais aussi à la composition et à la direction d’orchestre. Vingt-cinq ans et, malgré des années de jeunesse au parcours passablement compliqué, couvert de récompenses et prix divers, il évolue déjà dans les plus hautes sphères de l’art pianistique. Il fut membre à onze ans du West-Eastern Divan Orchestra de Daniel Barenboim depuis sa création en 1999. Il s’est produit cet été avec ce chef, l’orchestre en question et le violoniste Michæl Barenboim.

Karim Saïd

La aussi, le programme offert ce soir est bien décourageant pour ceux qui s’épuisent depuis plus de quinze ans devant touches blanches et noires, la énième Méthode Czerny entr’ouverte. De son petit protégé, Daniel Barenboïm aurait dit : « Ce que vous ne pouvez pas apprendre, lui le sait déjà. »

BACH
Suite française n°5 en sol majeur, BWV 816

BEETHOVEN
Sonate n°15 en ré majeur, op.28 « Pastorale » BRAHMS
Variation sur un thème original op.21 n°1

JANACEK
Sonate 1. X. 1905

LISZT
3ème Année de Pèlerinage (exts.)

LIGETI
Musica Ricercata n°8 à 11

LISZT/VERDI
Paraphrase sur Rigoletto

Le 7 septembre, nous nous retrouvons en territoire plus connu avec un des “chouchous“ du public du Cloître, notre “colosse“ aux larges mains, mais des mains d’enfant  du moins sur les touches d’un piano qui nous enchante, nous éblouit toujours, j’ai nommé le grand Boris Berezovsky.

Boris Berezovsky

Un colosse “kaléodoscopique“ dont les trois mots qui le guident au cours de ses interprétations sont, romantisme, sensualité, élégance. Le présenter serait un affront. Le public est présent quel que soit le programme, à savoir :

LIGETI
Etudes (1er livre)

SCHUMANN
Arabesque en ut majeur, op.18
Fantaisie en ut majeur, op.17

Michel Grialou

Piano aux Jacobins 

 

Partager : Facebook Twitter Email

 


Michel Grialou Plus d'articles de