Close

Michael Kholhaas

18 Août Publié par dans Cinéma | 3 Commentaires

16ième siècle dans les Cévennes, Michael Kholhlaas vit du commerce des chevaux.

image

Se rendant à un marché, il emprunte comme à son habitude les chemins forestiers. A sa grande surprise, le seigneur local en a interdit l’accès, exigeant un laissez – passer. Afin de poursuivre sa route, Kholhaas laisse 2 chevaux en gage ainsi que son valet (censé s’occuper d’eux). Quelques jours plus tard, venant récupérer ses animaux, il constate que ceux – ci ont servi de bêtes de somme et que son domestique s’est évanoui dans la nature (du moins aux dires des hommes du baron qui lui ont simplement lâché leurs chiens dessus).

N’étant pas homme à se faire flouer ni dicter sa conduite, Michael Kholhlaas va voir un avocat afin de réclamer justice. Essuyant plusieurs refus, il ne va pas hésiter longtemps à prendre les armes, dresser une armée, quitte à mettre sa vie et sa propre famille en péril.

image

Jusqu’à l’annonce de la sélection officielle du festival de Cannes 2013, je n’avais jamais ouï dire d’Arnaud des Pallières (comme tant d’autres réalisateurs. Ma vie entière n’y suffira pas bordel …). Pour une première approche de ce réalisateur (scénariste et monteur sur chacun de ses longs – métrages, c’est assez rare pour le signaler), l’adaptation de cette nouvelle de l’écrivain allemand Heinrich von Kleist n’est pas des plus connues ni des plus légères …

image

Comme son personnage principal, homme à la droiture protestante et la rigueur chevillée au corps, le sujet est âpre mais non dénué d’intérêt.

L’exécution en va de même, décors et costumes dépouillés, réalisation réduite à son indispensable : pas de fioriture ni de mouvement de caméra ostentatoire (à côté de bien des films sur empilant les effets, l’expérience est loin d’être déplaisante). Seule, la photo aurait mérité un traitement moins monacal. Réduite à sa plus simple expression, elle paraît bien plate (alors qu’elle aurait pu magnifier davantage la beauté des paysages).

image

Arnaud des Pallières réalise un film minimal, où tout est fait pour centraliser l’attention du spectateur sur l’essentiel : des hommes et leurs obsessions. Le casting est d’ailleurs là pour porter cette envie : Amira CasarSergi Lopez (au trop court rôle !), le grand Bruno Ganz, le tanné Denis Lavant.

Comme je vous le disais plus haut, la réalisation ne cède à aucune tentative de réalisation excessive. Si l’habillage sonore crée une ambiance belle et grave (magnifique travail notamment de l’ensemble les Witches), le réalisateur privilégie beaucoup les silences et pas mal de plans fixes.

Par moments la méthode peut sembler ingrate. Quand on cadre 30 secondes de l’image ci – dessous, le temps paraît s’étirer.

image

             Hou houououou !! Y’a quelqu’un … Quelqu’un … elqu’un …

Mais le procédé prend tout son sens quand la caméra s’arrête sur l’arrivée de la princesse ou qu’un tel visage vient emplir tout entier l’écran.

image

Ah oui, j’avais oublié de le préciser, mais c’est Mads Mikkelsen qui prête ses traits au révolté Michael KhohlaasArnaud des Pallières a su mettre à profit la capacité prodigieuse de l’acteur à transmettre des émotions immenses sans (presque) qu’aucun mot ne soit prononcé. A ce niveau – là, on touche le sacré.

Si vous souhaitez mesurer par vous – même la condition de la paysannerie cévenole du 16ième siècle, découvrir une autre sorte de cinéma ou simplement épauler les sorties du mois d’août (ne profitant pas de la même visibilité que leurs consœurs du reste de l’année), allez donc voir Michael Kholhaas. Si vous n’en avez pas la moindre envie, c’est aussi votre droit, je ne vous en tiendrai même pas rigueur.

image

En vous remerciant.

Partager : Facebook Twitter Email

 

3 commentaires

  • Filmophile dit :

    J’ai beaucoup aimé ce film pour le fond et pour la forme. L’histoire est forte, rude, violente, mais elle célèbre des valeurs auxquelles je crois: le courage, le désir de justice, le refus d’être humilié, la solidarité entre les pauvres (même s’ils ne sont pas tous irréprochables), l’amour paternel et filial puissant (le lien entre le père et la fille, ici, est très émouvant), sans oublier la mise en valeur des chevaux, animaux admirables.
    Pour l’aspect technique, mise en scène dense, inventive, avec du souffle; le laconisme général et une certaine lenteur nous changent agréablement des esbroufes habituelles, et du « tout va à cent à l’heure » qu’on nous assène régulièrement. Des paysages magnifiques, un accompagnement musical séduisant qui sonne « juste ». Toute la reconstitution historique est bluffante. Des acteurs parfait: Mads, bien sûr, mais aussi Amina Casar, Sergi LOpez, David Bennent, Denis Lavant dont la brève intervention est brillante.

    • Pierrette Tchernio dit :

      What else !

    • Kris dit :

      Je suis entièrement d’accord ; enfin un film où l’on prend le temps de sentir le vent , la brume , la Nature et jouir du silence qui se mêle à la grandeur du paysage ; les êtres sont simples , ce qui n’est pas le cas dans le livre et je salue avec admiration des Pallières qui a su , du livre de Kleist , tirer un film aussi beau dont on ne retrouve que le fil conducteur ;

      De riche bourgeois marchand de chevaux ami de gens haut placés , Kholhaas devient un paysan vivant dans une demeure dont on ne connait que les pierres et ce dénuement convient à l’âpreté du personnage semblable à la Nature et qui se fond en elle.

      Les dialogues rares sont profonds , la prière du prètre devant le corps de Judith est belle, nostalgique et tendre , le dialogue avec le pasteur très intense ; tout au long du film , on sent le chagrin et la colère de Kholhaas , sensations uniquement dues au jeu de Mads Mikkelsen génial dans ce rôle ;chaque image est un jeu de lumière à la Vermeer et expressions de visages ; j’ai été bluffée par la fin où l’on devine tout ce que peut penser Kholhaas qui va mourir seul comme l’avait prédit le pasteur ; c’est une idée de des Pallières car dans le livre , il meurt en ville et devant la foule ; sa mort en plein bois automnal somptueux vert et or est parfaite avec les Witches qui jouent de plus en plus fort et de plus en plus gaiement tandis que s’approche , floue , la lame du bourreau . MIKKELSEN qui sursaute quand les ciseaux lui coupent la chemise qui regarde de tous cotés n’a jamais été aussi vrai ; c’est son meilleur film et il méritait la palme .ce film surpasse La Chasse .


Plus d'articles de