Close

Sixto Rodriguez au Bikini : encore une preuve de l’alchimie du lieu. Encore une soirée à marquer d’une pierre blanche.

09 Juil Publié par dans Pop / Rock | Commentaires

7 juillet 2013 : Les absents ont toujours tort et les présents ne peuvent que se féliciter de leur témérité. Le concert a bien eu lieu, à l’heure, et le folkeux septuagénaire, du haut de ses presque 71 ans fêtés à trois jours près, est bien resté sur scène les 75 minutes prévues. La tenue, elle a suffisamment été détaillée mais il a bien fallu quitter le long manteau noir au vu de la t° ambiante. Les quatre musiciens qui l’entourent, son backing band, sont aux petits soins pour l’homme, presqu’aveugle, aux cheveux comme définitivement longs. Le chapeau est toujours sur la tête, couvrant un regard déjà impossible à saisir sous ses lunettes noires. 

Rodriguez 1

Un seul rappel mais le public ne lui en a pas voulu. Bien sagement, la salle s’est vidée. Car ils sont bien tous restés jusqu’au bout allant prendre l’air de temps en temps mais sans trop de peur de manquer quelques miettes. Il ne faisait pas froid dans la salle, problème de clim’ sûrement, et pourtant, là-aussi, les barmen ont pu souffler le temps du concert, peu dérangés par un public attentif, amateurs de sons vintage. Ah ! il est loin le temps du premier 45-tours, celui du fils d’immigrés mexicains venus travailler dans les usines automobiles de Detroit. Il planait comme une sorte d’émotion rappelant, ici-même, les concerts de Bashung, Patti Smith,…

Rodriguez 2

Vous aurez à cœur, si ce n’est déjà fait de visionner l’excellent documentaire, oscarisé en février 2013, qui a propulsé son retour sur scène après plus de 40 ans de tunnel. L’homme est usé car il n’a pas ménagé sa carcasse, mais finalement ni plus ni moins que d’autres, les Jagger, Richards, Nash…mais lui, peut-être plus encore car sans le soutien au quotidien de sa passion : la musique. Elle lui a fait faux-bond si longtemps, une éternité, mais pas tout à fait, la preuve. Une vie impitoyable, un destin incroyable. C’est une belle histoire comme on les aime. Dans son livre d’images, le Bikini en fera partie.

Rodriguez 3

Et dans le livre d’images d’Hervé et de son Bikini, du Bikini de tous les Sansonetto, aussi. Surtout quand s’y rajoute un événement entrant dans la rubrique people mais tellement original et dont je vais me permettre de glisser quelques mots car, en effet, qui était présent aussi au Bikini, non pas pour le fameux couloir de nage, pardonne-moi Hervé !! mais bien pour Sixto Rodriguez ?? le couple princier Albert-Charlène, mais oui !!!!! avec quelques amis et bien sûr tout ce qui doit pouvoir assurer la quiétude et la sécurité de ce petit monde. Au bilan, une vingtaine de personnes. Eh bien, il semblerait qu’ils aient fort apprécié le lieu et le concert. Non, ils ne sont pas partis avant la fin, ils ont fait même un après-concert, semble-t-il en toute décontraction, comme s’ils ne voulaient plus partir. On vous le dit, l’accueil du PATRON, c’est la marque de fabrique de la maison. Des photos circuleraient même de la famille princière avec Hervé, devant le drapeau de la CGT, vestige des festivités des 30 ans !! On est ravi pour tous.

Rodriguez 4

On va se permettre de leur dire de revenir à ce cher couple princier, si jamais dans leur Jet, il nous ramène, sait-on jamais, un certain David Bowie avec tout ce qu’il faut dans la soute pour un concert. Qu’Albert se débrouille, il doit bien le connaître ! on lui promet même d’être là et de faire l’annonce !!

Michel Grialou

Le Bikini

Partager : Facebook Twitter Email

 


Michel Grialou Plus d'articles de