Close

Les absents ont toujours tort. Démonstration avec Dana Ciocarlie

09 Sep Publié par dans Musique classique | Commentaires

Mardi 6 septembre, Boris Berezovsky ne peut assurer son récital le soir même pour raison de santé, et le report est prévu pour le 10. On croise les doigts.

Que faire, avec un public de près de 1000 personnes impossible à joindre pour la plupart ? C’est alors que les organisateurs du Festival ont la lumineuse idée de chercher un artiste non pas de remplacement, mais un pianiste qui pourrait assurer un concert offert à tous ceux qui se présenteraient, leur billet quand même valable pour le 10, ou remboursé si incapacité d’être là pour Berezovsky. Jointe le matin, Dana Ciocarlie accepte de venir de Paris et jouer le soir même au Cloître. Les présents n’ont pu que se féliciter du programme offert par la pianiste roumaine, programme dont voici le détail, histoire de mettre mal à l’aise les absents :

Schubert – Trois Klavierstucke D. 946
Liszt / Schubert – Sérénade et Auf dem Wasser zu singen
Schumann – Novelettes op. 21 Nos. 1 et 2
Entr’acte
Schubert – Mélodie hongroise
Bartok – Six Danses populaires roumaines
Enesco – Carillon nocturne
Liszt/Paganini –  Deux Grandes Etudes de concert : Nos 5 (la Chasse) et 6 (Thème et variations)
Constantinescu – Deux Pièces dans le caractère populaire roumain

 

UN très beau programme, généreux, se terminant par 3 bis, et pas des moindres :

Une cadence de Léonard Bernstein
2 miniatures de György Ligeti
et, de son compositeur privilégié Robert Schumann, Romance.
Pour ceux qui voudraient en savoir davantage sur Dana Ciocarlie, n’hésitez pas à rechercher sur son site, très riche en renseignements.

Site de Dana Ciocarlie
Piano aux Jacobins
Partager : Facebook Twitter Email

 


Michel Grialou Plus d'articles de