Accueil CultureLittérature La mort est dans Paris : pour « une histoire des boutons, des épingles et des cadavres »