Close

Mer agitée

18 Mar Publié par dans Musique classique | Commentaires

À la Halle aux Grains, Giovanni Antonini dirige à Toulouse son ensemble baroque Il Giardino Armonico au cœur de la saison des Grands Interprètes, et sera invité à diriger l’Orchestre national du Capitole dans un programme réunissant des œuvres de Haydn et de Beethoven.

G. Antonini © David Ellis

Ils ont déjà fait sensation à la Halle aux Grains en compagnie de la violoniste Viktoria Mullova. Deux ans après, les Grands Interprètes accueillent à Toulouse une nouvelle fois l’ensemble milanais Il Giardino Armonico et son chef Giovanni Antonini (photo). Fondé en 1985, cet ensemble italien était alors le premier orchestre à jouer sur instruments d’époque dans son pays – cette pratique était pourtant déjà répandue en Europe. Il Giardino Armonico s’est consacré durant de longues années à l’enregistrement des œuvres de Vivaldi — leur interprétation des « Quatre saisons » fait référence. L’ensemble a aussi gravé les six Concertos brandebourgeois de Bach, et plus récemment les douze Concertos grossos de Haendel.

«L’approche d’Il Giardino Armonico est une approche très visuelle de la musique. Je pense la musique à travers des images, très souvent des images abstraites… Quand je joue, j’atteins mon objectif lorsque je parviens à me représenter des images. C’est un peu comme une drogue, en plus sain»(1), assure Giovanni Antonini. Il propose d’entendre aujourd’hui à Toulouse un programme de musiques de la Renaissance intitulé “La morte della ragione” (La mort de la raison). De la fin du Moyen Âge à l’aube du baroque, on entendra des œuvres de Josquin Desprez, Clément Janequin, Carlo Farina, Giovanni Gabrieli, Carlo Gesualdo, Biagio Marini, Girolamo Frescobaldi, etc.

Flûtiste, Giovanni Antonini excelle – comme ont pu le constater les spectateurs de la Halle aux Grains – dans le fameux Concerto « la Tempesta di mare » (la Tempête de mer) de Vivaldi. Il est aussi un chef reconnu pour sa lecture du répertoire classique : il a entrepris l’enregistrement des symphonies de Beethoven avec l’Orchestre de chambre de Bâle. On le retrouvera à la tête de l’ Orchestre du Capitole pour la quatrième saison consécutive, puisqu’il dirige chaque année une symphonie de Beethoven à la Halle aux Grains. C’est le romantisme de la Septième symphonie qu’il abordera cette fois, une œuvre à la rythmique si marquée qu’elle fut qualifiée par Richard Wagner d’«Apothéose de la danse». La nervosité et l’expressivité du style de Giovanni Antonini, son enthousiasme communicatif captivent irrésistiblement l’auditoire de chacune de ses performances. Il a notamment triomphé à Salzbourg en dirigeant l’été dernier Cecilia Bartoli en « Norma ». Le label Decca a immortalisé un enregistrement studio de cet opéra de Bellini servi par les mêmes interprètes.

Jérôme Gac

«La morte della ragione», par Il Giardino Armonico, mercredi 2 avril, 20h00, à la Halle aux Grains, place Dupuy, Toulouse. Tél. 05 61 21 09 00.

Symphonie n°49 « La Passione » de Haydn, Concerto n°2 par Dejan Lazic (piano) et Symphonie n°7 de Beethoven, par l’ONCT, vendredi 30 mai, 20h00, à la Halle aux Grains. Tél. 05 61 63 13 13.

(1) Muse Baroque, 2009

G. Antonini © David Ellis

Les Grands Interprètes

 

 

 

 

.

 

 

 

.

Partager : Facebook Twitter Email

 


Jérôme Gac Plus d'articles de