Close

Le roman « Et soudain la liberté » est un hymne à la vie

19 Déc Publié par dans Littérature | Commentaires

C’est à quatre mains qu’Evelyne Pisier et Caroline Laurent signe le roman intime Et soudain la liberté édité aux éditions Les Escales.

Le roman est la rencontre d’une jeune éditrice, Caroline Laurent, et d’Evelyne Pisier. Caroline reçoit un jour le manuscrit d’Evelyne. Le texte lui plait, mieux, il la bouleverse au point de vouloir rencontrer l’auteur. De cette rencontre née une amitié instinctive, elles travaillent ensemble sur le manuscrit. Mais le destin brise cette collaboration car Evelyne meurt, laissant Caroline avec un chagrin et un texte inachevé sur les bras. Alors il faudra respecter la volonté de l’amie : continuer, finir le livre.

La fiction dans la fiction

Le récit de l’amitié enchâsse le récit de la vie d’Evelyne. Lucie en version romanesque. Et Lucie a une vie bien mouvementée. Elle vit à Nouméa avec des parents qui d’abord s’aiment follement, puis se déchirent, s’aiment à nouveau et se séparent encore. Car c’est aussi l’histoire de Mona, la mère, la femme qui peu à peu s’émancipe. Simone de Beauvoir et son livre scandale, Le deuxième sexe, sont une révolution pour cette mère au foyer. Cette mère qui veut et va changer son destin, elle décide de conduire, de vivre une passion amoureuse hors mariage, d’éduquer sa fille vers sa propre autonomie et enfin – chose rarissime pour l’époque – de divorcer pour retrouver la liberté.

Trois générations face à un même rêve : la liberté

Il y a Caroline, puis Lucie, puis Mona, leur récit, leur émotion se font écho. La vie devient alors fiction et la fiction devient la vie. Une vie pour laquelle il faut se battre, une vie que l’on veut libre. Les époques sont différentes, les destins sont soumis à diverses épreuves mais le but à saisir est le même : le bonheur d’être.

L’histoire avec ses guerres – la seconde guerre mondiale, la guerre d’Indochine – croisent l’histoire individuelle et laissent des cicatrices. Mais c’est aussi l’éclosion de mouvements comme Mai 68, l’émancipation de la femme, l’avortement, le féminisme qui sont évoqués à travers le récit de Lucie et Mona. Un récit qui devient peu à peu un traité pour la liberté.

Sylvie V.

Et soudain la liberté, Evelyne Pisier, Caroline Laurent, Editions Les Escales, 448 pages.

 

 

 

Partager : Facebook Twitter Email

 


Sylvie Vaz Plus d'articles de