Close

La viole de gambe en majesté

07 Nov Publié par dans Musique classique | Commentaires

L’Orchestre de Chambre de Toulouse consacre sa série de concerts d’abonnement du mois de novembre à un instrument de l’intimité, mais aussi de la virtuosité, la viole de gambe. Un nom de compositeur reste associé à ce membre éminent de la famille des cordes, celui de Marin Marais. De la fin du 17ème siècle au début du 18ème, la production musicale pour cet instrument a connu une sorte d’apogée.

Anne Gaurier à la viole de gambe – Photo Classictoulouse –

Au tournant de ces deux siècles, une étrange guerre musicale se livre. La famille des violons tente de se substituer à celle des violes dans le cœur des musiciens et des mélomanes. Derrière ce conflit presque anodin se cache une lutte culturelle plus profonde. Le style italien est-il supérieur au style français ? Les Français peuvent-ils seulement produire une musique digne de ce nom ? Jean-Jacques Rousseau pense que non, et que si les Français ont un jour leur musique propre, ce sera « tant pis pour eux » ! La France résiste aux violons italiens, et elle aime les violes, instruments nobles que les virtuoses Marin Marais et Antoine Forqueray ont fait apprécier à tous. Mais Joseph Bologne de Saint-George, plus connu sous le nom de « Chevalier de Saint-George », personnage haut en couleurs au destin fabuleux, est violoniste… L’un de ses concertos pour violon sera joué lors de cette série de concerts. Né esclave, mulâtre… mais aussi virtuose du violon, compositeur, escrimeur hors pair, nageur infatigable, et grand séducteur, le « Chevalier de Saint-George », figure de l’émancipation des esclaves des empires coloniaux européens, sera commandant de la place forte de Lille pendant la Révolution ! Le conflit culturel France-Italie connaîtra son paroxysme pendant la Querelle des Bouffons qui verra s’opposer Rousseau, champion du style italien, à Rameau, garant de l’orthodoxie française.

Le programme musical des quatre concerts offerts autour de la viole de gambe associe les grandes figures de cette époque : de Jean-Féry Rebel à Antonio Vivaldi, en passant par Marin Marais, Antoine Forqueray et Giuseppe Tartini.

Aux cordes de l’OCT se joindra Anne Gaurier, experte en matière de cordes graves. Brillante violoncelliste et gambiste raffinée, prix au CNR de Paris, premier prix du concours Vatelot-Rampal, diplômée de la Hochschule de Freiburg avec félicitations, Anne Gaurier fut longtemps titulaire de l’Orchestre de Chambre de Toulouse de 2007 à 2014 à l’archet de violoncelle. Son vif intérêt pour le répertoire baroque l’oriente vers la musique ancienne, en particulier vers la viole de gambe qu’elle étudie au Département de Musique Ancienne du CRR de Toulouse.

C’est ainsi qu’elle interprète sur scène les concertos de Telemann, Tartini ou des récitals de musique française (Marais, Forqueray, Couperin…).

Ce programme sera donné les 8 et 9 novembre à l’Escale de Tournefeuille, les 16 et 17 novembre à l’auditorium Saint-Pierre des Cuisines.

Serge Chauzy
une chronique de ClassicToulouse


Renseignements et réservations :
Orchestre de Chambre de Toulouse
Tél: 05 61 22 16 34

Billetterie en Ligne

Partager : Facebook Twitter Email

 


Serge Chauzy Plus d'articles de