Close

Thomas Søndergård clôture la saison de l’ONCT

28 Juin Publié par dans Musique classique | Comments

Le 2 juillet prochain s’achève la saison toulousaine 2014-2015 de l’Orchestre national du Capitole. C’est au chef danois Thomas Søndergård, devenu un habitué de la Halle aux Grains, qu’incombe cette tâche importante. Cette soirée signera également les débuts à Toulouse de la jeune violoniste britannique Nicola Benedetti. Rachmaninov, Korngold et Bartók sont inscrits au programme.

Après ses visites précédentes, en 2011, en 2013 et au début de la présente saison, le chef danois Thomas Søndergård revient donc diriger l’Orchestre National du Capitole. Depuis 2012/2013, Il est à la fois chef principal du BBC National Orchestra of Wales et chef principal invité du Royal Scottish National Orchestra. De 2009 à 2012, il a précédemment occupé le poste de chef principal et conseiller musical de l’Orchestre de la Radio Norvégienne. En 2013/2014, il a débuté à la tête de l’Orchestre Symphonique d’Atlanta et de l’Orchestre National d’Île-de-France. En juillet 2013, il a débuté avec succès aux BBC Proms de Londres à la tête du BBCNOW. Il y est retourné en 2014 pour deux concerts consécutifs. Cette saison, il débute à la tête des orchestres symphoniques de Sydney, Vancouver, de Nouvelle-Zélande et du Deutsches Symphonie-Orchester de Berlin. Il dirige également Dialogues des Carmélites à l’Opéra Royal de Stockholm. Parmi ses projets figurent ses débuts à l’Opéra d’Oslo, des concerts à la tête des orchestres symphoniques d’Oslo et de Toronto, ainsi que de nouvelles invitations du Deutsches Symphonie-Orchester de Berlin, des orchestres symphoniques d’Atlanta et de Houston.

sondergard-thomas2

Le chef d’orchestre danois Thomas Søndergård – Photo Betina Skovbro –

Thomas Søndergård a choisi de débuter son concert du 2 juillet par le magique poème symphonique de Sergueï Rachmaninov L’Île des Morts. Inspirée par le tableau éponyme du peintre suisse Arnold Böcklin, cette partition en recrée l’atmosphère lugubre. La seconde partie du concert sera consacrée au flamboyant Concerto pour orchestre du Hongrois Béla Bartók. Alors qu’il était en exil en situation précaire aux Etats-Unis, le compositeur a reçu du chef du Boston Symphony Orchestra, Serge Koussevitsky, la commande d’un Concerto pour orchestre, créé le 1er décembre 1944. Œuvre de synthèse d’un musicien au crépuscule de sa vie, ce Concerto est un chant de protestation contre les « murailles » érigées au XXe siècle.

Entre ces deux œuvres symphoniques, nous pourrons entendre le trop rare concerto pour violon et orchestre d’Erich Korngold. Contemporain de Bartók, Korngold (1897-1957), né juif, en partage l’exil lors de l’annexion de l’Autriche par l’Allemagne nazie en 1938. En 1943, il est naturalisé américain. Après avoir été l’un des fils prodiges de la musique européenne, Korngold exerce une influence majeure sur la musique de films hollywoodienne. Il revient à Vienne en 1950. Ce retour n’est pas accepté par ses anciens compatriotes, qui pour une bonne partie, avaient entretenu des sympathies à l’égard du nazisme. Le compositeur s’en retourne alors définitivement aux Etats-Unis. Il meurt en 1957, amer et convaincu de l’oubli définitif de son œuvre. Depuis quelques années pourtant, celle-ci suscite un intérêt grandissant. L’enthousiasme et l’éclat de son Concerto pour violon (1945) contrastent avec le contexte difficile de sa genèse.

benedetti-nicola

La violoniste britannique Nicola Benedetti

La soliste de ce concerto sera la jeune violoniste britannique Nicola Benedetti qui s’est affirmée depuis ses débuts très précoces par son désir de jouer des œuvres nouvelles, faisant d’elle une artiste très créative et innovante. En 2004, à seulement 17 ans, elle est élue « Jeune musicienne de l’année » par la BBC. Elle a depuis enregistré pour Deutsche Grammophon des œuvres commandées à John Tavener et James MacMillan, a étudié le jazz avec Wynton Marsalis entre autres maîtres, et explore l’univers de la musique baroque, tout en menant une carrière de soliste très demandée sur la scène internationale. Elle accorde une importance particulière à la pédagogie de la musique, notamment à travers ses collaborations avec des organisations comme El Siestema Scotland. En 2012/2013, elle est l’invitée de la prestigieuse Last Night of the Proms des BBC Proms. En 2013, elle est décorée du très prestigieux Most Excellent Order of the British Empire.

Serge Chauzy
une chronique de ClassicToulouse

Orchestre National du Capitole

Partager : Facebook Twitter Email

 


Serge Chauzy Plus d'articles de