Accueil CultureLittérature Javier Cercas, anatomie d’un mensonge