Close

Le TNT se réveille

10 Fév Publié par dans Théâtre | 1 commentaire

Le metteur en scène Galin Stoev a présenté son projet pour le Centre dramatique national de Toulouse – Occitanie dont il est le nouveau directeur.


Galin Stoev a pris ses fonctions à la tête du Théâtre national de Toulouse – Occitanie le 1er janvier dernier. C’est avec deux textes d’Ivan Viripaev que les Toulousains découvrent l’univers de ce metteur en scène tourné vers l’Europe – né en Bulgarie, il vit entre Bruxelles, Paris et Sofia. Dès son arrivée, il a en effet présenté « Danse «Delhi» », avec les comédiens du Théâtre national de Bulgarie, et poursuivra cet automne son compagnonnage avec l’auteur russe en montant un texte encore inédit en France, « Insoutenables longues étreintes », qui sera sa première production au TNT.

Pour mettre en œuvre son projet, au cours de son premier mandat d’une durée de quatre ans, Galin Stoev s’est associé à Stéphane Gil, nouveau directeur délégué du TNT. Ce dernier n’est pas un inconnu à Toulouse puisqu’il fut administrateur du CDC, puis du TNT pendant six ans, ainsi que directeur délégué du chœur de chambre Les Éléments. En rupture avec une certaine monotonie qui s’y était installée depuis une décennie, leur ambition est de faire du Centre dramatique national de Toulouse un grand lieu de création théâtrale et de recherche scénique, et un lieu de rencontres pour tous les publics.

Baptisée CUB, la petite salle devient un lieu de résidence destiné à accompagner les compagnies émergentes. Cet «incubateur créatif» leur apportera, selon les besoins, un soutien humain, technique et financier. Les metteurs en scène Christophe Bergon, Marie Rémond et Maëlle Poésy s’y installeront au cours de cette année, et des appartements sont en cours de construction dans les murs du TNT pour accueillir les artistes en résidence. Ces artistes travailleront également avec les jeunes comédiens en formation au sein de L’Atelier, dispositif d’insertion professionnelle mis en place par Jacques Nichet – prédécesseur de Laurent Pelly et d’Agathe Mélinand auxquels a succédé Galin Stoev.

Dès la prochaine saison, un artiste reconnu aura les honneurs de la programmation avec la présentation de plusieurs de ses spectacles, dont une création. Ce «Portrait/Paysage» mobilisera différents lieux de la métropole toulousaine pour dessiner «un portrait autant que le paysage esthétique de son univers». La chorégraphe Maguy Marin, en partenariat avec La Place de la Danse et le Théâtre Garonne qui est coproducteur de ses dernières pièces, sera la première invitée de ce cycle, puis Aurélien Bory lui succèdera l’année suivante. On annonce également la mise en place d’une biennale internationale des arts vivants au début de l’automne – en alternance avec le Printemps de Septembre – en partenariat avec de nombreux lieux. Intitulée Je(u) T’M, elle durera seize jours et invitera des artistes internationaux, en particulier des figures reconnues dans leurs pays mais peu connues en France.

Enfin, une université populaire du TNT verra le jour autour de thématiques traitées au fil de la saison et en lien avec l’univers du théâtre, mais aux résonances sociétales : le genre, la représentation, etc. Le CDN souhaite également approfondir son soutien à la pratique amateur en l’intégrant à son histoire par le biais d’ateliers et la participation à des spectacles. Alors que le restaurant deviendra un café populaire, le forum accueillera désormais des rencontres, des conférences, des concerts ou des impromptus performatifs. «Je suis persuadé que les théâtres ont aujourd’hui une fonction plus que jamais essentielle : ce sont des lieux légitimes de partage réel en regard de nos pratiques de plus en plus virtuelles», assure Galin Stoev.

Jérôme Gac
une chronique du mensuel Intramuros

photo : G. Stoev © Tsvetelina Belutova

Partager : Facebook Twitter Email

 

Un commentaire

  • Lefèvre Anne dit :

    Article bien agréable à lire. Bonheur que d’entendre cette promesse de souffle sur la ville et au-delà. Tous mes vœux à la nouvelle équipe du TNT et à sa collaboration avec l’ensemble du personnel.


Jérôme Gac Plus d'articles de