Close

La presse, porte-drapeau de la liberté

05 Fév Publié par dans Cinéma | Commentaires

Pentagone Papers, un film de Steven Spielberg

En pleine guerre du Viêt Nam, éclate le scandale des Pentagone Papers. Nous sommes en 1971. Le New York Times vient de se procurer un rapport commandé par Robert McNamara, Secrétaire à la Défense des USA jusqu’en 1968.

Tom Hanks (Ben Bradlee) et Meryl Streep (Kay Graham)

Ce rapport, classé secret-défense, est intitulé « Histoire des décisions prises par le gouvernement américain au sujet de la guerre du Viêt Nam, 1945-1966 ». Autant dire, une bombe atomique ! Dans le collimateur du Times, rien moins que les agissements de Truman, Eisenhower, Kennedy et Johnson. Après trois mois de dépouillement des quelques 7700 pages dudit rapport, le Times commence sa publication. Et l’arrête aussitôt.

Nixon devenu fou furieux obtient une injonction de la Cour Fédérale afin que le journal cesse toute publication de ces pages particulièrement compromettantes car elles révèlent un mensonge d’état inimaginable. Alors que le peuple américain pensait que les GI’s tentaient de pacifier le pays, en fait, l’armée et la CIA jetaient de l’huile sur le feu à l’aide d’élections truquées et de mensonges permanents sur la fin du conflit qui allait voir, il ne fallait pas en douter, la victoire de l’Oncle Sam. Plus de 200 000 jeunes américains y laisseront leur vie. Mais voilà, un petit journal de province se procure aussi ce rapport. C’est le Washington Post, dont le rédacteur en chef, Ben Bradlee (Tom Hanks, dans l’un de ses meilleurs rôles), un formidable professionnel, est aussi un vrai pitbull.

Conscient du danger de publier : la prison et la ruine du Journal, il se trouve devant ce dilemme aux côtés de Kay Graham (Meryl Streep), propriétaire du titre, mais face aux avocats et hommes d’affaires qui conseillent fortement d’abandonner ce projet.

Quasiment novice dans une responsabilité qui lui incombe depuis la mort de son mari en 1963, Kay Graham, pourtant très proche de Robert McNamara, va donner le feu vert à cette parution, s’adossant, elle l’espérait, au premier amendement de la Constitution américaine concernant la liberté de la presse. Bingo, l’arrêt de la Cour suprême, mandatée en urgence par Nixon, lui donne raison. Le scandale d’état éclate au grand jour. C’est le début de l’enfer et du dernier acte pour le Président car, quelques temps après, le Washington Post révèlera un autre scandale d’état, celui du Watergate. Une page d’histoire passionnante qui traite des rapports presse/pouvoir, de la manipulation de masse, du statut des lanceurs d’alerte. Inutile ici de parler du talent de réalisateur de Steven Spielberg, sa filmographie s’en charge amplement.  Un film formidablement passionnant !

Robert Pénavayre

 

Pentagone Papers – Réalisateur : Steven Spielberg – Avec : Tom Hanks, Meryl Streep…

 


Steven Spielberg – De la préhistoire à la science-fiction

« Il faut sauver le soldat Ryan » vaut à Steven Spielberg l’Oscar du Meilleur Réalisateur en 1999. Et bien d’autres récompenses d’ailleurs. Ce self-made man abandonne très tôt ses études et se lance dans le métier du cinéma à Hollywood, métier qu’il va apprendre sur le tas et dans toutes ses composantes. En 1975, il a 29 ans, il terrifie la planète entière avec « Les Dents de la Mer », privant à jamais les terriens de leurs paisibles baignades estivales… Il va se faire pardonner en nous offrant quelques-uns des films les plus accomplis en même temps que populaires (comme quoi…) de l’Histoire du 7ème art : E.T., Indiana Jones, Rencontres du 3ème type, Jurassic Park, La Liste de Schindler (Oscar Meilleur Réalisateur 1994), etc. Bonne nouvelle, ce n’est pas fini, car il nous annonce un West Side Story et un Indiana Jones 5 !!

Partager : Facebook Twitter Email

 


Robert Pénavayre Plus d'articles de