Close

Le conte d’Hoffmann

21 Déc Publié par dans Danse, Musique classique | Commentaires

Sur la musique de Tchaïkovski dirigée par Koen Kessels au Théâtre du Capitole, une nouvelle version de « Casse-Noisette » est chorégraphiée par Kader Belarbi pour le Ballet du Capitole.

Au Théâtre du Capitole, la partition de Tchaïkovski, riche de coloris et de mélodies, sera interprétée par l’Orchestre du Capitole de Toulouse placé sous la direction de Koen Kessels (photo). Directeur musical du Royal Ballet de Covent Garden, à Londres, le chef belge explique : «La structure du ballet est très dichotomique avec un premier acte qui dépeint un cadre de vie et une atmosphère, une nuit de Noël chez de riches notables de Nuremberg à l’époque Biedermeier, où la pantomime est reine et la danse peu présente, et un deuxième acte de divertissement qui n’est que danses de caractère, pas de deux et ballet féerique (la scène des Flocons de neige). Le jour de la première au Mariinsky de Saint-Pétersbourg, le 6 décembre 1892, « Casse-Noisette » fut donné en seconde partie après un  court opéra de Tchaïkovski, « Iolanta ». Le ballet devait être un  divertissement à l’œuvre lyrique. Il fallait donc que le ballet ait une intrigue facile, légère ; en aucun cas, cela pouvait être un drame. Cette soirée bipartite reflétait bien la vie musicale du Mariinsky à cette époque : un opéra bien dramatique pour les amoureux d’art lyrique et un ballet pour les inconditionnels du divertissement. Cependant, si le scénario manque d’harmonie, la  structure musicale, elle, est des plus harmonieuses. Il est vrai  que Tchaïkovski est un compositeur d’exception. Il n’a composé que trois ballets mais ce n’est pas qu’un compositeur de ballets comme Minkus, Pugni ou Drigo. C’est un compositeur à part entière et c’est la raison pour laquelle sa musique a vécu immédiatement au concert, indépendamment de l’existence  du  ballet. La partition de « Casse-Noisette » est vraiment sublime», termine Koen Kessels.

Originellement chorégraphié en 1892 par Marius Petipa et Lev Ivanov, sur la musique de Piotr Ilitch Tchaïkovski, le ballet « Casse-Noisette » est inspiré de « Histoire d’un casse-noisette » d’Alexandre Dumas. Publié en 1845, ce conte était une adaptation édulcorée du plus sombre « Casse-Noisette et le Roi des rats », de l’écrivain allemand Ernst Theodor W. Hoffmann, datant de 1816. L’histoire du livret débute au cours de la veillée de Noël. Une petite fille reçoit de son mystérieux oncle Drosselmeyer un casse-noisette en cadeau. À minuit, alors que la maison est endormie, les jouets s’animent : à la tête des soldats de plomb, Casse-Noisette triomphe de l’armée du roi des rats. Devenu un beau jeune homme, il emmène la petite fille au pays de Confiturembourg de la Fée Dragée, en passant par la Russie, la Chine, l’Espagne et l’Arabie Heureuse.

Kader Belarbi © David HerreroPour cette nouvelle version qui sera créée à Toulouse par le Ballet du Capitole, d’après le livret de Marius Petipa et Ivan Vsevolojski, Kader Belarbi (photo) a souhaité retourner à la source du conte d’Hoffmann imprégnée d’inquiétante étrangeté. Le directeur de la danse du Théâtre du Capitole fait ainsi de Drosselmeyer un personnage double, directeur de pensionnat et magicien ensorceleur qui orchestre les mondes réels et imaginaires. Kader Belarbi a demandé au compositeur Anthony Rouchier de mêler sa musique à celle de Tchaïkokvski et de signer les arrangements de la partition. Le chorégraphe a fait appel à Hervé Gary pour la création des lumières, à Philippe Guillotel pour les costumes et à Antoine Fontaine pour les décors. Ce dernier est connu pour avoir travaillé notamment avec Patrice Chéreau pour « la Reine Marot », avec Sofia Coppola pour « Marie-Antoinette », ou encore avec Nicolas Joel pour la production toulousaine des « Maîtres chanteurs de Nuremberg » au Théâtre du Capitole, en 2002. Antoine Fontaine a également réalisé les décors en trompe-l’œil de la salle du Théâtre du Capitole, lors des travaux de rénovation en 1996.

Jérôme Gac
une chronique du mensuel Intramuros


Du 21 au 31 décembre,
au Théâtre du Capitole
,
place du Capitole, Toulouse.
Tél. : 05 61 63 13 13.

 

K. Kessels © Bill Cooper
K. Belarbi © David Herrero

Partager : Facebook Twitter Email

 


Jérôme Gac Plus d'articles de