Close

Théâtre du fragment

29 Nov Publié par dans Théâtre | Commentaires

Dans le cadre du festival de théâtre interuniversitaire Entre en Scène !, reprise à la Fabrique de l’Université Toulouse Jean-Jaurès de « Pa.tri.ar.chy », spectacle choral de Céline Nogueira.

Créé lors de la dernière édition du festival Universcènes – manifestation unique en son genre qui propose depuis dix ans des spectacles joués par des étudiants en langues étrangères encadrés par des professionnels – « Pa.tri.ar.chy » est repris à la Fabrique de l’Université Toulouse Jean-Jaurès dans le cadre du festival de théâtre interuniversitaire Entre en Scène!. Metteuse en scène de « Pa.tri.ar.chy (The Machine) », Céline Nogueira a conçu le texte de sa création à partir de divers matériaux : témoignages réels, écrits journalistiques, poétiques et personnels, s’inspirant notamment du procès de Jacqueline Sauvage et de la vie de Donald Trump.

À travers le parcours d’une jeune fille acceptant trop hâtivement de se marier, elle y expose «différentes nuances (plutôt écarlates) de violences faites aux femmes» et dessine ainsi une charge terrible, et parfois brutale, contre l’institution du mariage. Découpée en une succession de tableaux, la narration heurtée et nerveuse répond aux tensions qui irriguent la vie conjugale de ce couple à la dérive, dont l’interprétation est éclatée en trois duos d’acteurs. La violence conjugale y est restituée comme une réponse à la violence de la norme, celle d’une société patriarcale agissant telle une «machine» à exploiter le féminin.

De la « Danse macabre » de Camille Saint-Saëns à « Sweet Dreams » d’Eurytmics, Céline Nogueira use de manière à la fois luxuriante et transgenre du matériau musical qui épouse la forme morcelée de la mise en scène, décuplant ainsi l’impact de chaque situation ou offrant un nécessaire instant de divertissement. Ce théâtre du fragment et de la rupture navigue ainsi entre avant-garde et cabaret. Très ambitieuse, l’écriture de Céline Nogueira est servie par une vaste troupe hétéroclite de jeunes gens – pas forcément expérimentés – mêlant comédiens en formation ou étudiants. Comme dans « Dunsinane » de David Greig, sa précédente mise en scène pour le festival Universcènes, le résultat ne souffre ici jamais de la moindre trace d’amateurisme, tant la direction d’acteur exploite avec intelligence les potentialités de chacun.

Jérôme Gac
une chronique du mensuel Intramuros

Vendredi 1er décembre, 20h00, à La Fabrique de l’Université Jean-Jaurès,
5, allées Antonio-Machado, Toulouse. Entrée libre (complet, inscription sur liste d’attente)

« Pa.tri.ar.chy » © Jean-Pierre Montagné

 

Partager : Facebook Twitter Email

 


Jérôme Gac Plus d'articles de