Close

Cinquième éblouissement : Happy Birthday To You – Marilyn Monroe

28 Oct Publié par dans Musique | Commentaires

Dis-Moi Que Tu M’aimes – Assumant pleinement son sentimentalisme, Culture 31 se passionne pour les chansons d’amour : ceux qui les susurrent et ceux qui les écoutent.

Marilyn Monroe a attendu que le soir du 19 mai 1962 s’accomplisse des mois durant.

A cet effet, elle a demandé à la Fox la permission de quitter le set de Something’s Got To Give, film qu’elle tourne avec George Cukor, pour se rendre à New York.

Elle a aussi contacté Jean-Louis Berthault, couturier français et créateur de costumes, responsable du fourreau de satin noir qui étreint Rita Hayworth dans Gilda.

Elle lui a réclamé une robe visible depuis le fond d’un stade mais qui laisserait l’impression qu’elle est totalement nue, et le créateur en a conçu une composée d’une seule couche de soie chair, piquée de centaines de strass.

Elle a répété, pendant des semaines avec un professeur de chant, la prestation qu’elle doit rendre, ce soir de mai 1962.

L’après-midi du même jour, elle parfait ses préparatifs. Norman Norell, couturier chez Jean-Louis Berthault, est venu jusque dans sa chambre ajuster sa robe, qu’il termine de coudre à même son corps.

A ses côtés, une maquilleuse et une coiffeuse s’affairent pendant que la star se détend au Dom Perignon.

Habillée, maquillée, coiffée et légèrement ivre, elle rejoint la limousine qui doit la conduire au Madison Square Garden, où une foule de 15000 personnes célèbre le quarante-cinquième anniversaire du Président John Fitzgerald Kennedy.

A 22 heures 32 précises, le speaker annonce l’apex de la soirée, sa venue sur scène, mais personne n’apparaît. Les minutes passent. La foule trépigne pendant que la speaker tremble : n’est-elle pas, après tout, réputée ingérable ?

Enfin sa silhouette s’avance. Ondule jusqu’au pupitre, se débarrasse d’une fourrure blanche et porte ses mains en visière pour apercevoir, au premier rang, le Président, accessoirement son amant.

Voici venue la concrétisation de plusieurs mois d’attente.

Enfin elle va pouvoir interpréter la ritournelle répétée pour lui durant des heures.

Enfin elle susurre : « Happy birthay to you… happy birthday to you… » 

Eva Kristina Mindszenti


Marilyn Monroe – Happy Birthday Mr President

.


Toutes les chroniques : Dis-Moi Que Tu M’aimes

Toutes les prescriptions

Toutes les chroniques : Les chansons qui ont marqué l’Histoire


 

Partager : Facebook Twitter Email

 


Eva Kristina Mindszenti Plus d'articles de