Close

Garonne et associés

06 Oct Publié par dans Musique, Théâtre | Commentaires

Directeur du Théâtre Garonne à Toulouse, Jacky Ohayon présente les artistes qui sont associés à cette saison et évoque la programmation musicale du cycle “360°”.

Parmi les artistes associés cette saison au Théâtre Garonne, on retrouve la compagnie anversoise TG Stan et la metteuse en scène Jeanne Candel…

Jacky Ohayon : «L’association d’artistes au théâtre revêt pour moi une importance particulière, dans la mesure où je n’arrive pas à me faire à l’idée que les relations qui animent l’accueil des spectacles dans un théâtre ne soient pas mises au rang d’une régularité. La question est, au fond, comment faire habiter les théâtres par les artistes. À l’exception de certains théâtres publics, il n’y a plus de permanence artistique dans ces maisons. La réponse à cette absence s’est retrouvée à travers cette appellation qu’est “artiste associé”, à laquelle on peut donner la couleur que l’on veut. Au Théâtre Garonne, elle doit traduire à la fois notre vision d’une certaine interdisciplinarité et la relation que nous entretenons avec certains d’entre eux. Pour les plus anciens, les Flamands de la compagnie Tg Stan sont ici dans leur maison française. C’est ici le lieu à partir duquel s’imaginent tous les projets avec lesquels ils sillonnent ensuite la France et le monde. Un spectacle de Tg Stan n’est pas montré en France sans passer par leur maison, c’est-à-dire ici, et ce depuis la création dans ce théâtre de leur premier spectacle en français, « les Antigones », il y a plus de quinze ans. L’actrice et metteuse en scène Jeanne Candel est toulousaine. Elle a fait ses études à Paris, au Conservatoire national d’Art dramatique, puis a constitué son équipe. Elle chemine en France et à l’étranger avec sa compagnie La Vie Brève. Après des grandes créations, « le Crocodile trompeur » ou plus récemment « Orfeo », elle envisage aujourd’hui l’écriture d’une pièce plus intimiste, pour trois acteurs dont elle, « Demi-Véronique ». Ce compagnonnage est important, sur le plan du développement de cette compagnie, sur le plan de la production de leurs projets, sur le plan de la stratégie de ces productions et sur le plan de l’amitié.»

Le chorégraphe et performeur Jonathan Capdevielle et le trio Les Esprits sont cette année associés pour la première fois au Théâtre Garonne… Pourquoi les avez-vous choisis ?

«Pour Jonathan Capdevielle, c’est comme un coup de foudre avec un artiste singulier, au propos très personnel et tellement universel en même temps. Il porte aussi l’histoire de ce territoire. Il a grandi à Tarbes et a travaillé avec Giselle Vienne, puis à partir de sa vie a écrit et travaillé son histoire avec le corps. On a vu ici « Adishatz/adieu » et « Saga », on verra cette année « À nous deux maintenant », créé d’après « Un crime » de Bernanos. Nous envisageons cette association comme une sorte de retour sur ses terres. Enfin, pendant plusieurs années, nous avons présenté des programmes contemporains avec l’ensemble de musique de chambre L’Instant Donné, associé à ce théâtre. C’est aujourd’hui le tour du trio Les Esprits (photo) formé par le pianiste Adam Laloum, le violoncelliste Victor Julien-Laferrière et la violoniste Mi-Sa Yang. Je connais Adam depuis de très nombreuses années, et je l’ai vu faire ce choix de la musique. J’ai observé sa détermination et j’ai suivi son parcours depuis son départ de Toulouse. Cela a rendu la proposition d’association plus difficile parce qu’il y a une relation très intime, voire familiale. Cette association se construit autour de deux projets. D’abord, la présence des musiciens au Théâtre Garonne dans le cadre de la programmation “360°”, mais c’est aussi l’occasion de pouvoir imaginer ensemble des choses inattendues au fur et à mesure des années – avec par exemple leur participation dans le domaine lyrique ou le théâtre musical, des académies de musiques… Ensuite, l’implantation d’Adam Laloum à Lagrasse pour créer un festival de musique de chambre au mois de septembre. Un des enjeux de notre association est de bâtir ce festival, y apporter avec l’expérience qui est la mienne ma vision d’une structuration dans les espaces culturels pour que ce festival puisse s’établir dans une ville et une région qui nous est commune.»

Comment avez-vous imaginé la programmation musicale “360°” ?

«La question que nous nous sommes posée est : quelle musique pour quel théâtre ? Nous ne sommes pas une institution musicale à proprement parler, mais nous avons développé ici la présence de la musique, depuis de nombreuses années, essentiellement sur un répertoire contemporain mais aussi autour du jazz et parfois autour des musiques du monde. Durant sept ans, avec le Théâtre du Capitole, le collectif éOle et Odyssud, le cycle Présences Vocales nous a permis de nous pencher sur la question du répertoire vocal au XXe siècle. Nous avons fait aujourd’hui le choix de travailler sur un large panel, c’est dans ce sens qu’il faut lire “360°”: c’est-à-dire “des musiques” à Garonne avec toujours la détermination d’être le plus exigeant possible pour présenter les œuvres les plus populaires. La saison prochaine, le programme débute dès octobre et se poursuivra jusqu’en juin. Nous présentons d’abord le travail du Nouvel Ensemble moderne de Montréal avec le collectif éOle dans le cadre du forum ByPass. Nous accueillons en décembre William Parker et son Quartet de jazz pendant deux jours, nous proposons un week-end en janvier autour du flamenco en partenariat avec le Festival flamenco de Nîmes et l’Orchestre national du Capitole dont ce sera la première venue à Garonne. Nous entendrons au printemps les musiques et la poésie d’un monde arabe secoué par les révoltes récentes, avec des artistes exilés de Tunisie, Égypte, Soudan, Syrie. Enfin, le trio Les Esprits et l’Orchestre du Capitole seront réunis pour un cycle de musique française en mars, puis autour de la musique d’Europe centrale en juin. C’est la couleur de la musique à Garonne au cours de cette saison.»

Propos recueillis par Jérôme Gac
le 15 juin 2017, à Toulouse,
pour le mensuel Intramuros



Musique 360°, samedi 14 octobre, au Théâtre Garonne, 1, avenue du Château d’eau, Toulouse. Tél. : 05 62 48 54 77.

photo : Les Esprits © Lyodoh Kaneko

Partager : Facebook Twitter Email

 


Jérôme Gac Plus d'articles de