Close

La traque viscérale

26 Sep Publié par dans Cinéma | Commentaires

Mon garçon, un film de Christian Carion

L’enlèvement d’enfants est hélas souvent à la Une de nos actualités et il peut paraître douteux d’évoquer cette horreur à l’écran. Tout dépend bien sûr du regard avec lequel le réalisateur envisage le sujet. Dans l’opus sous rubrique de Christian Carion, le scénario se focalise sur Julien, le papa de la jeune victime.

Cet homme, père absent, trop occupé par des fonctions à l’étranger au sein d’une multinationale, fréquentant de facto certains pays à haut risque, voire douteux, n’a pas vu son fils grandir. De sa femme, dont il a divorcé, il reçoit un appel angoissé. Plus trace de leur progéniture alors en camp de vacance dans le Vercors. Julien laisse tout tomber et se précipite sur les lieux de la disparition.

Très rapidement il se heurte à une Police qu’il juge trop lente, en apparence, à entamer de vraies recherches, et décide ipso facto de régler cette histoire lui-même, se transformant alors en boule de haine incontrôlable. De visionnages de vidéos en nuits blanches, Julien part sur la trace des ravisseurs de son fils, non sans faire quelques fausses routes assez brutales, dont l’une lui vaut de tabasser le nouveau compagnon de son ex (Olivier De Benoist, pas vraiment convaincant…). Mais Julien finit par tirer un bon bout de ficelle et alors la traque commence. Elle sera inexorable, sans pitié, sanglante, irréversible. Dire que Guillaume Canet campe un Julien effrayant tient de l’euphémisme tant ce comédien a du talent, quoi qu’il touche. Ici il faut ajouter que le réalisateur lui a proposé un challenge. Toute l’équipe connaissait le scénario…sauf lui.

Tourné à une vitesse record de 6 jours et en temps presque réel, Guillaume Canet a dû adapter son jeu à chaque évolution de l’intrigue et aux répliques des personnages. Une vraie performance, un vrai challenge relevé haut la main.

Cela dit, le fond du film, même s’il est compréhensible, pose la question de l’autodéfense. Question sans réponse… Il faut souligner également que Christian Carion semble nous mettre sur une piste concernant les motifs de cet enlèvement pour finalement nous laisser le bec dans l’eau. Frustrant, pour le moins. Mais pour Guillaume Canet, ce film vaut le détour.

Robert Pénavayre

Mon garçon – Réalisateur : Christian Carion – Avec : Guillaume Canet, Mélanie Laurent…

 


Christian Carion – Un ch’ti fou de cinéma

Répondant à l’aspiration familiale, c’est nanti d’un bac C que Christian intègre une école d’ingénieur à vocation agricole. Ce fils d’agriculteurs va cependant avoir tôt fait de se tourner vers le 7ème art et cette passion pour le cinéma qui le hante depuis ses treize ans. Sa rencontre avec Christophe Rossignon est non seulement amicale mais aussi capitale professionnellement car ce dernier va devenir son principal producteur à ce jour. En 2001, Christian tourne son premier long, il a 38 ans, dirigeant Michel Serrault et Mathilde Seigner (Une hirondelle ne fait pas le printemps). Le succès est foudroyant et signe l’entrée de Christian Carion dans la cour des grands réalisateurs hexagonaux. Avec Mon garçon, il nous présente son cinquième long-métrage.

Partager : Facebook Twitter Email

 


Robert Pénavayre Plus d'articles de