Close

Mes coups de cœur de l’automne 2017: de la musique avant toute chose, mais pas seulement

07 Sep Publié par dans Musique | Commentaires

C’est déjà la rentrée culturelle.

En 1991, Léo Ferré chantait : mais qu’ont ils donc à rentrer chaque année les artistes ? Signifiant par là que pour lui la création et la rencontre avec le public ne s’arrêtaient jamais, puisque la terre ne s’arrêtait pas de tourner et que les dictateurs continuaient à jouer avec nos vies, et surtout que l’amour ne prenait pas de vacances.

Pourtant qu’il est bon, après de douces vacances, en Berry, en Bretagne ou dans les Pyrénées, sans téléphone et sans internet, de reprendre le chemin des salles de spectacles.

Aussi, comme à chaque fois, je vous offre mes coups de cœur de l’automne.

Musiques en dialogue aux Carmélites a ouvert le bal en beauté, avec deux concerts exceptionnels, La note bleue, avec Marie-Christine Barrault, Marie-Paule Milone et Denis Pascal (dont je me suis fait l’écho dans ce blog), et Rien n’est bon que d’aimer, avec trois belles dames, Magali Léger, Laure Urgin, Marie Vermeulin. Merci à Catherine Kauffmann-Saint Martin. Nous attendons avec impatience la suite à la Chapelle des Carmélites (1 rue du Périgord métro Jeanne d’Arc).

www.musiqueendialogue.org


La Pause musicale reprend ses concerts, gratuits (il faut le souligner), tous les jeudis à 12h30 à l’Ostal d’Occitània (11 rue Malcousinat à Toulouse métro Esquirol) et l’on peut faire confiance à Joël Saurin, dont on connaît l’éclectisme et le bon goût, pour nous régaler à l’heure du déjeuner.

lapausemusicale@gmail.com
http://lecatalogue.jimdo.com/


Restons à l’Ostal d’Occitània puisque le Festival Occitània va briller de tous ses feux du 8 septembre au 25 octobre sur Toulouse et sa région :

Depuis 2000, c’est un temps fort de la création et diffusion occitane afin de promouvoir cette culture et langue auprès de tous. Avec plus de 80 événements dans 18 communes, absolument ouverts et accessibles à tous les publics, il proposera de nombreux événements gratuits et l’intégralité des spectacles bilingues ou surtitrés. Résolument pluridisciplinaire, le Festival navigue sans frontières entre les genres, les styles et les époques : des musiques actuelles au théâtre en passant par le cinéma ou de nombreux événements de rue (défilés, animations, etc.). Dans une vision où la culture occitane ne se renferme pas mais s’ouvre au monde, le Festival Occitània invitera également de nombreuses autres cultures ! (1)

www.festivaloccitania.com/  – Tel : 05 61 11 24 87


A Odyssud, la rentrée ce sera le 22 et 23 septembre à 20h 30 avec Anacréon de Rameau et Charpentier par l’Ensemble A bout de souffle ; et cela enchainera avec Vincent Delerm, Compagnie nationale de Danse d’Espagne, Sankai Juuku, Youn Sun Nah, Pierre Arditi-Daniel Russo etc. etc.

De quoi satisfaire tous les goûts, avec toujours la qualité.

www.odyssud.com/


La Salle Nougaro, chère à nos cœurs d’amateurs de jazz, de musiques du monde, de chanson française, (entendez de chansons de poètes, comme Gil Pressnitzer le souhaitait), ouvrira ses portes le 27 septembre avec Fantaisie macabre. J’ai déjà noté :

Natacha Atlas (Musique du Monde) jeudi 19 octobre, Charles Pasi (Blues) mardi 14 novembre, Lula Pena (Musique du Monde) mardi 23 janvier, Ray Lema et Laurent de Wilde (Jazz) jeudi 25 janvier, Rocío Márquez (Musique du Monde) jeudi 8 février, Ablaye Cissoko et Constantinople le 6 mars etc. etc.

www.sallenougaro.com/


Le Festival Toulouse les Orgues fera résonner une fois de plus le patrimoine extraordinaire de Toulouse et de sa région du 4 au 15 octobre 2017. Là aussi, il faut butiner ; à moins que vous ne vouliez tout entendre (ce qui tient du marathon)… Dimanche 08 Octobre à 10h30, Baptiste Genniaux en l’Eglise Saint Pierre de Chartreux (qu’il faut découvrir en même que ce musicien généreux), Ronaldo Steiner le jeudi 12 Octobre  à 12h30 en l’Eglise Saint Nicolas, l’Orchestre du Capitole avec Wayne Marshall le vendredi 13 Octobre à 20h00 à la Halle aux Grains, Xavier Vidal et Michel Bignens le samedi 14 octobre à 11h en l’Eglise du Gésu etc.

www.toulouse-les-orgues.org/


Le Festival Jazz sur son 31, sous l’impulsion éclairée de Philippe Léogé, nous fera swinguer allègrement du 6 au 22 octobre : le 6 octobre à 19h à l’Automne Club dans la cour du Conseil Départemental, 1 boulevard de la Marquette (gratuit et sans réservation), le Big Band Garonne. En butinant encore au hasard, Magyd Cherfi, à Odyssud le 11 octobre à 20h 30, Kyle Eastwood le 20 octobre à 21h Altigone Saint Orens, Dianne Reeves le 21 octobre à la Halle aux Grains etc.

http://jazz31.haute-garonne.fr/

Tel : +33 (0)5 34 45 05 92 – billetterie@jazz31.com


Je n’oublie pas la Galerie du Château d’Eau que son directeur, Jean-Marc Lacabe, se bat avec ténacité et compétence pour faire vivre, malgré une certaine désaffection pour ce 8ème art essentiel,  de la part des institutions. Toulouse possède pourtant un patrimoine photographique important, au-delà de la collection Dieuzaïde, le photographe fondateur du lieu, et JML ouvre bien d’autres perspectives, d’autres regards.

Depuis jeudi, les nouvelles expositions sont visibles :

Né en 1926, Eugeni Forcano est encore peu connu en France. Autodidacte, il a travaillé pour la presse magazine et la mode qui lui offrirent un terrain d’expérimentation pour ses travaux en couleur. Ses photographies de reportages en noir et blanc reflètent la vie attrapée au vol, le mode de vie et parfois de survie dans l’Espagne des années 60 et début 70. Le développement de Barcelone, la vie rurale, la journée du marché, la magie des vacances, les formes de la dictature, les prêtres et les religieuses, les misères humaines, la vie dans la rue sont les thèmes essentiels abordés par Eugeni Forcano avec une galerie de personnages qu’il photographie toujours avec justesse, humanité et souvent humour.

Le Château d’Eau s’associe au Festival Manifesto en accueillant l’exposition « Charades» du photographe toulousain Philippe-Gérard Dupuy. Connu pour ses photographies étonnantes de jazzmen qu’il a réalisé pendant de nombreuses années au Festival de Marciac, il est aussi un pince sans rire et qui s’amuse depuis toujours à détourner le réel ou a monté des saynètes pour fabriquer des images facétieuses. Dans cette série, repérant sur internet des clichés d’accidents automobiles particulièrement spectaculaires, il se les approprie et les arrange à sa sauce. Il en fait des images où l’étrangeté et le fantastique le disputent au drolatique.


Je vous rappelle qu’il ne vous reste plus que quelques jours pour voir les deux belles expositions d’été présentées au Cloître des Jacobins, Le ciel devant soi, jusqu’au 17 septembre, et à la Fondation Bemberg jusqu’au 1er octobre, c’est un panorama « De Poussin à Cézanne », à travers des chefs d’œuvre du dessin français de la collection Prat qui nous sontt offert (voir sur ce blog).

N’hésitez pas à aller vous « rincer l’œil » dans ces beaux lieux de notre patrimoine.

www.jacobins.toulouse.fr/

www.fondation-bemberg.fr/


Pour terminer une bonne nouvelle. Alors qu’ont fermé au cours des dernières décennie, le Théâtre de la Digue et la Mounède-Maison des racines du monde, que va les suivre la Salle bleue de l’Espace Croix Baragon, une nouvelle salle pour le spectacle vivant va ouvrir à Cornebarrieu : l’Aria, dont le nom nous fait penser à l’Opéra (pièce de musique écrite pour une voix solo dans un opéra ou dans toute autre forme musicale italienne), mais vu la programmation, c’est plutôt aux formes musicales et théâtrales actuelles (Alain Chamfort et Sanseverino par exemple y sont programmés), que nous sommes conviés.

C’est une salle dont la capacité est de 380 à 1500 places (selon les configurations) et qui a vocation à accueillir des spectacles chanson, musiques du monde et humour. Sa spécificité est d’être une salle éco-énergétique, avec un mur porteur en terre crue (une « première » pour un bâtiment public en France), un système de ventilation naturelle qui remplace la clim, une chaufferie à granulés de bois, des panneaux réfléchissants, un toit-terrasse végétalisé…

(Rue du 11 Novembre 1918 à Cornebarrieu 31700)

Si avec toutes ces propositions de balades, l’automne n’est pas un été indien…

E.Fabre-Maigné

8-IX-2017


Avec les Baladins d’Icarie, Eva Fogelgesang (harpe médiévale, chant, rebec), Christophe Deslignes (organetto, flûte) et Caroline Dufau (récitatif occitan, tambours pyrénéen), nous présenterons le Chant des Brûlés-Lo Cant dels Cremats, le samedi 14 octobre à 21h à la salle polyvalente de Gratentour, dans le cadre de ce festival.

À partir de septembre, la billetterie en ligne pour votre saison culturelle 2017-2018 fait son entrée à Gratentour avec la société toulousaine FESTIK.

Partager : Facebook Twitter Email

 


Elrik Fabre-Maigné Plus d'articles de