Close

On the road again

02 Sep Publié par dans Musique classique | Commentaires

L’Orchestre national du Capitole de Toulouse poursuit sa route sous la direction de Tugan Sokhiev pour une nouvelle saison symphonique qui les mènera de Buenos Aires jusqu’à Tokyo, en passant par la Philharmonie de Paris.

L’Orchestre national du Capitole de Toulouse poursuivra jusqu’en 2020 sa fructueuse collaboration avec Tugan Sokhiev (photo). Son directeur musical n’a pas l’intention de quitter la Ville rose pour le moment, malgré un lourd emploi du temps au Théâtre Bolchoï, où il occupe également la fonction de directeur musical de l’opéra moscovite. Il a ainsi assuré au mensuel Classica, paru en juin, envisager son départ de Toulouse «le jour où notre relation cessera d’évoluer ou diminuera d’intensité. Il faut y être préparé et éviter la saison de trop. Mais tant que j’aurai quelque chose à apporter et que je sentirai une réponse totale, immédiate, forte, comme depuis treize ans, je n’ai aucune raison de partir». Une puissante relation qui ne s’est guère atténuée la saison dernière, avec son lot de concerts incroyables à la Halle aux Grains. Si la qualité des échanges entre le chef et les musiciens s’est manifestée dès son arrivée, les progrès techniques acquis des deux côtés depuis une décennie sont palpables quasiment à chaque concert.

Les médias n’ont jamais cessé de capturer ces belles soirées (France MusiqueRadio ClassiqueArteFrance TélévisionsMezzo, medici.tv, etc.), mais l’ONCT reste en panne de projet discographique depuis la fin du contrat qui le liait à Naïve – le dernier enregistrement est paru en 2012 (« Le Sacre du Printemps »/ »L’Oiseau de feu »). Pourtant, on attend dès l’année prochaine la parution chez Easonus d’une intégrale des concertos de Ludwig van Beethoven avec Elisabeth Leonskaja. Fidèle de la Halle aux Grains, la pianiste russe ouvrira ainsi la saison avec le Troisième concerto, avant de retrouver l’Orchestre national du Capitole de Toulouse et son chef en janvier, pour le Quatrième opus du compositeur. Quant au Concerto pour violon filmé à Toulouse avec Vadim Gluzman, il est désormais disponible en DVD (EuroArts).

L’image est depuis longtemps la priorité de Tugan Sokhiev. Celui-ci a opté pour le développement d’une politique audiovisuelle plutôt que, par exemple, la création d’un label discographique. Il entame ainsi cette saison la captation vidéo de l’intégrale des symphonies de Dmitri Chostakovitch, dirigeant à la Halle aux Grains pas moins de trois d’entre elles dès cette année. Le chef ossète prendra la baguette pour les concerts du Nouvel An, et pour deux programmes «Happy hour» le samedi après-midi (musiques de films et Tchaïkovski). Il donnera également de nouveau le Requiem de Verdi, et il dirigera à Toulouse et à la Philharmonie de Paris, en création mondiale, une œuvre commandée à Bruno Mantovani.

Grâce au soutien de nombreuses entreprises mécènes regroupées au sein de l’association Aïda, l’ONCT reste l’une des phalanges françaises les plus actives à l’étranger. Deux tournées sont prévues dans les prochains mois, l’une cet automne en Amérique du Sud (Argentine, Brésil, Uruguay) avec le pianiste Bertrand Chamayou et la trompettiste Lucienne Renaudin-Vary, l’autre en mars au Japon, avec le flûtiste Emmanuel Pahud et la violoniste Akiko Suwanai.

Alors que plusieurs jeunes chefs seront pour la première fois invités au cours de cette saison, on retrouvera quelques baguettes fidèles tels le Letton Andris Poga, le Danois Thomas Søndergård, l’Espagnol Josep Pons, l’Américain Joseph Swensen, le Japonais Kazuki Yamada et le compositeur français Bruno Mantovani. Retour également très attendu de Jeff Mills, après son triomphe l’automne dernier à la Halle aux Grains. Toujours sous la direction de Christophe Mangou – ce dernier est par ailleurs en charge du projet pédagogique de l’ONCT destiné au jeune public – le célèbre DJ américain offrira aux Toulousains « Lost in Space » en création mondiale, œuvre commandée par l’Orchestre national du Capitole.

Côté solistes, on appréciera notamment les performances des pianistes Bertrand Chamayou (Mendelssohn), Roger Muraro (Ravel), Nicholas Angelich (Prokofiev), François-René Duchâble (Grieg), Richard Goode (Mozart), Fazil Say (Saint-Saëns) et Wayne Marshall à l’orgue (Saint-Saëns). On annonce les violonistes Vladimir Spivakov (Berg), Josef Spacek (Dvorak), Vadim Repin (Tchaïkovski), Sergey Khachatryan (Chostakovitch) et Chad Hoopes (Chen), ou encore le jeune violoncelliste Edgar Moreau (Lalo). Enfin, l’incontournable pianiste Jean-François Zygel proposera un nouveau rendez-vous thématique court, décliné sur trois samedis après-midi.

Jérôme Gac
une chronique du mensuel Intramuros


Concerto n° 3 de Beethoven
par E. Leonskaja (piano),
Symphonie n° 9 de Chostakovitch
par T. Sokhiev (direction),
mercredi 20 septembre ; 


Concerto n° 18 de Mozart
par R. Goode (piano),
Ouverture « Les Hébrides » et
Symphonie n° 3 « Écossaise »
de Mendelssohn
par M. Emelyanychev (direction),
jeudi 5 octobre.

20h00, à la Halle aux Grains,
place Dupuy, Toulouse. Tél. : 05 61 63 13 13.

photo: T. Sokhiev © Marc Brenner

.

Partager : Facebook Twitter Email

 


Jérôme Gac Plus d'articles de