Close

Dominique Noguez : ô joie, ô désespoir…

18 Août Publié par dans Littérature | Commentaires

L’auteur d’Amour noir, prix Femina 1997, rassemble dans Causes joyeuses ou désespérées des textes d’humeur et d’humour.

Romancier aussi rare que talentueux (seulement cinq titres depuis 1981 parmi lesquels Les Martagons et Amour noir), Dominique Noguez n’en est pas moins un auteur prolifique dont témoignent de nombreux essais et traités aux titres évocateurs : Sémiologie du parapluie et autres textes, Comment rater complètement sa vie en onze leçons, Les Plaisirs de la vie, Soudaine mélancolie… Son dernier livre, Causes joyeuses ou désespérées, rassemble des textes parus en revue «représentatifs de quelques choix personnels persistants et de quelques lubies.» À sa façon, à la fois ludique et érudite, frivole et perçante, Noguez égrène ses considérations sur la langue française, Montherlant, la vulgarité ou la barbe (un texte datant de 2007 qu’il faut lire à l’heure où l’on a de plus en plus de mal à distinguer dans nos rues un hipster d’un islamiste). Un éloge de François-Marie Banier côtoie une visite du VIème arrondissement à l’ombre des écrivains qui y vécurent ou quelques propositions sur l’humour.

S’il n’est dupe de rien, Dominique Noguez refuse de désespérer jusqu’au bout : «les pessimistes ou ceux qui ne nous aiment, nous qui vivons sur ce bout terminal de continent européen, vont disant que nous sommes finis, qu’il n’y a plus chez nous de Proust, ni de Sartre-et-Camus, ni de Ravel ou de Renoir, ni de X ou Y, finis, rideau. Or, moi, je sais qu’il y a toujours un Sartre qui se prépare quelque part, un Proust qui griffonne, un Ravel qui fredonne. Partout, d’ailleurs, et toujours. En France et à Trieste ou Madrid, et chez les Lapons ou les Kalmouks.»

Christian Authier
Un Article de l’Opinion Indépendante

Causes joyeuses ou désespérées, Albin Michel, 179 p.

Dominique Noguez © Roberto Frankenberg

Partager : Facebook Twitter Email

 


Christian Authier Plus d'articles de