Close

La Cinémathèque prend l’air

31 Juil Publié par dans Cinéma | Commentaires

Suite et fin au mois d’août du cycle de projections en plein air de la Cinémathèque. Tour d’horizon.

Voici avec Vacances romaines de William Wyler du cinéma de carte postale, mais qu’il est difficile de bouder tant le couple glamour formé par Gregory Peck et Audrey Hepburn possède un charme indémodable. C’est évidemment une vision très différente de la ville et de ses habitants qu’offre Pasolini avec Mamma Roma, son deuxième long-métrage prolongeant la vogue du néoréalisme avec une Anna Magnani inoubliable en prostituée. Cap sur Vienne en compagnie du Troisième Homme réalisé par Carol Reed d’après un scénario de Graham Greene. Est-ce la présence devant la caméra d’Orson Welles et de l’un de ses acteurs fétiches, Joseph Cotten, mais ce film d’espionnage, dont l’action se déroule en 1948, semble influencé par la mise en scène de l’auteur de Citizen Kane. Musique d’Anton Karas devenue un classique en prime.

Sous le soleil

Pollution, réchauffement climatique, surpopulation, catastrophes écologiques, misère sociale, violence et répression, poids des multinationales de l’agroalimentaire, extinction des ressources naturelles, euthanasie, manipulation des masses : rarement un film d’anticipation aura été aussi visionnaire que Soleil vert (sorti en 1973) du grand Richard Fleischer d’après un roman de Harry Harrison. Face à Charlton Heston, Edward G. Robinson campe son dernier rôle. Autre œuvre hélas prophétique : Les Temps modernes de Chaplin, fable irrésistible sur la société industrielle.

Le Français Michel Gondry est l’un de nos cinéastes les plus talentueux et originaux. La preuve avec The Eternal Sunshine of the Spotless Mind, comédie poétique et fantastique portée par un casting en or : Jim Carrey, Kate Winslet, Kirsten Dunst… On ne dira pas que, vers la fin, Bertrand Blier n’a pas un peu baissé, mais auparavant il a signé des chefs-d’œuvre d’humour noir et d’absurde qui n’appartiennent qu’à lui, à l’image du prodigieux Buffet froid dans lequel Depardieu, Carmet et Blier (père) font des étincelles. Si l’on manie pas mal le couteau dans le film de Blier, ce n’est rien au regard du Scream de Wes Craven, remarquable slasher movie qui brocarde les codes du genre. Enfin, côté classiques, on signalera Les Trois Jours du Condor de Sydney Pollack (thriller paranoïaque où l’on ne comprend pas grand-chose, mais qui est interprété par Robert Redford et Faye Dunaway) et Le Train sifflera trois fois, western qui, lui aussi, est sauvé par un couple de légende : Gary Cooper et Grace Kelly.

Christian Authier
Un Article de l’Opinion Indépendante


Cinémathèque de Toulouse

Cinéma en plein air

du 07 juillet au 26 août 2017

Partager : Facebook Twitter Email

 


Christian Authier Plus d'articles de