Close

On connaît la chanson… Marcia Baïla par Rita Mitsouko

19 Juil Publié par dans Musique | Commentaires

Chaque mercredi, nous évoquons à travers une vidéo une chanson connue ou méconnue, revisitée ou immortalisée.

Marcia Baïla par Rita Mitsouko

De prime abord, rien ne destinait Marcia Baïla à devenir un tube. Un groupe inconnu, une chanson de plus de cinq minutes peu compatible avec les exigences des radios, des paroles parfois difficilement compréhensibles qui parlent de la mort d’un personnage emporté par le cancer, une musique inclassable qui échappe aux modes de l’époque… On pouvait imaginer de meilleurs atouts. L’album Rita Mitsouko, du tandem éponyme formé par Fred Chichin et Catherine Ringer, sort en avril 1984 et le premier single, Restez avec moi, ne suscite qu’une indifférence polie. Marcia Baïla n’est commercialisé en 45 tours qu’à la fin de l’année 1984 et le clip de la chanson ne sera diffusé à la télévision pour la première fois en juin 1985.

Entre temps, en avril 1985, Marcia Baïla est entré au Top 50 et n’en sortira que vingt-neuf semaines plus tard, en novembre, culminant à la deuxième place du classement des meilleures ventes. La chanson évoque donc la danseuse argentine Marcia Moretto qui accompagna sur scène Rita Mitsouko avant de mourir d’un cancer, mais sur un registre musical résolument dansant et festif. Tout est ensorcelant ici. La musique et la mélodie mêlent tango, world music avant l’heure, cuivres caribéens ou latinos, le grelot d’une guitare sèche, une basse vrombrissante… Sur des vocalises insensées de Ringer, certaines paroles se fixent dans la mémoire : « Marcia danse avec des jambes, aiguisées comme des couperets », « Quel est donc ce froid, que l’on sent en toi ? », « Et la mort, c’est comme une chose impossible ». Le clip, baroque et coloré, de Philippe Gautier, typique de l’esthétique des années 80, ne compta pas pour rien dans le succès du titre. Le charisme de Fred Chichin et Catherine Ringer s’en donne à cœur joie. Trente ans plus tard, Marcia Baïla n’a rien perdu de son magnétisme et de sa beauté.

 

Partager : Facebook Twitter Email

 


Christian Authier Plus d'articles de