Close

Prescription n°2 : Off The Wall de Michael Jackson

01 Juil Publié par dans Musique | Commentaires

First Aid Kit : cet été, Culture 31 dresse la liste des albums qui peuvent sauver une vie, à placer dans une trousse de voyage entre l’écran total, le sérum anti-venin et l’Alka-Seltzer.

Sorti en 1979, Off The Wall est le premier acte de la carrière adulte de Michael Jackson autant qu’une annonce d’émancipation.

S’il s’agit déjà de son cinquième album solo, c’est celui qui signe son départ de Motown pour Epic Records et le choix d’une direction musicale n’appartenant qu’à lui.

Contre l’avis de tous, à commencer de son nouveau label, le jeune homme de vingt ans impose à sa production Quincy Jones, arrangeur-producteur de Sarah Vaughan ou de George Benson, pour qui l’appellation « génie » n’est pas usurpée. Ensemble, ils vont créer un album hybride comme il n’en existe pas encore.

Michael Jackson et Quincy Jones en studio

Il débute par Don’t Stop Till You Get Enough, hymne disco-soul inclassable, inimitable, insurpassable.

Sa continuité explique la fascination qu’exercera l’idole sur les foules avant que le scandale ne la ternisse.

Avant la chirurgie esthétique, avant le caisson à oxygène ou les affaires de mœurs, il suffit à Michael Jackson d’ouvrir la bouche pour devenir l’incarnation vivante du sexy.

Au long de dix pistes, il triture son falsetto naturel en hurlement primal (Off The Wall), feulements de grands fauves (Get On The Floor) ou miaulements suggestifs (I can’t Help It en particulier,  toutes les chansons en général), prouvant par la même occasion l’immense interprète qu’il est capable d’être.

Deux ingrédients secrets subliment la recette: un groove contagieux rarement entendu avant ou après, et un bonheur de chanter du même acabit.

L’album se clôt sur Burn This Disco Out, feu de joie résonnant comme un cri de guerre pour l’indépendance.

Première affirmation de la carrière d’une future légende, Off The Wall irradie de talent, de jeunesse et d’envie d’en découdre.

Et peut convaincre quiconque que rien n’est impossible.

Eva Kristina Mindszenti


Don’t Stop Till You Get Enough

.

I Can’t Help It (démo originale)

.

Rock With You

.


Toutes les prescriptions

Toutes les chroniques : Les chansons qui ont marqué l’Histoire


 

Partager : Facebook Twitter Email

 


Eva Kristina Mindszenti Plus d'articles de