Close

Art Mengo, le solitaire

07 Mai Publié par dans Musique | Commentaires

Il a surgi en même temps que les vedettes toulousaines du Top 50 sans égaler leurs succès, mais en leur survivant.

Par mégarde, Art Mengo (Michel Armengot né à Toulouse en 1961) connaît son premier tube fin 1988 avec Les Parfums de sa vie (je l’ai tant aimée) alors que la vogue des artistes toulousains bat son plein. Suivra Où trouver les violons annonçant la sortie de son premier album Un 15 août en février. Il enchaînera avec Guerre d’amour en 1992 (comportant des chansons remarquables comme Gino, Nous nous désaimerons, Je suis incendie…) puis trois ans plus tard avec La mer n’existe pas qui, outre la chanson donnant son titre à l’album, comprend quelques petites merveilles. Entre temps, il a composé et chanté en duo avec Ute Lemper Parler d’amour pour un album de l’artiste allemande produit par Jean-Pierre Mader. Cela sera à peu près tout quant à la carrière «visible» d’Art Mengo qui déclarait sur scène en 2003, à l’occasion de la tournée consacrant ses seize années de carrière : «J’ai fait deux succès (Les Parfums de sa vie, Parler d’amour), trois succès d’estime (Gino, Laisse-moi partir, La mer n’existe pas) et… cinquante trois succès intimes». Le constat ne témoignait pas d’une fausse modestie et les albums suivants (Entre mes guillemets en 2006, Sujet libre en 2009 et Ce petit chemin en 2012 en duo avec Lara Guirao) ont hélas confirmé l’indifférence du grand public envers cet artiste aussi intègre que singulier.

.

À l’écart des modes

Car Art Mengo n’a cessé de se creuser son sillon à l’écart des modes, en cultivant de fidèles compagnonnages (avec le parolier Patrice Guirao) ou en osant des collaborations inattendues (notamment avec les écrivains Jean Rouaud ou Marie Nimier). Ses premiers albums ont imposé un style : mélodies subtiles et envoûtantes, arrangements soignés, discrètes influences jazzy ou brésiliennes, douce mélancolie, ce parfum de saudade plein de pudeur et de nostalgie… Le tout servi par une voix éraillée et chaude. Ce qui ne l’a pas empêché de composer pour d’autres (Johnny Hallyday, Clémence Lhomme, Philippe Léotard, Florent Pagny, Juliette Gréco ou Henri Salvador) ni de se produire sur scène lors de concerts où il n’hésite pas à revisiter ses chansons dans des formats dont l’épure met en relief la subtilité et l’évidence des compositions. Bonne nouvelle : Art Mengo devrait sortir son prochain album en octobre 2017. Sans conteste, il n’a pas eu la carrière foudroyante de ses collègues toulousains, mais il a su durer. Du grand Art…

Christian Authier
Un Article de l’Opinion Indépendante

Toulouse, les années Top 50

Partager : Facebook Twitter Email

 


Christian Authier Plus d'articles de