Close

Revoilà Vialatte

29 Avr Publié par dans Littérature | Comments

Un troisième volume de chroniques de l’auteur des Fruits du Congo dans la collection Bouquins.

Alexandre Vialatte (1901-1971) fait partie de ces écrivains dont la postérité doit moins à ses romans (dont le remarquable Les Fruits du Congo) qu’à son immense œuvre de chroniqueur notamment pour le journal La Montagne cher au cœur de cet auvergnat. Ce sont des contributions moins connues que rassemble Résumons-nous, copieux volume de plus de 1300 pages où l’on trouve notamment des textes variés consacrés à l’Allemagne (1922-1949), des articles parus dans Le Petit Dauphinois (1932-1944) ou Marie-Claire, des chroniques cinématographiques parues dans Bel Amour du foyer (sic), des articles parus dans Spectacle du Monde (1962-1971). Celui qui fit de Kafka «un auteur français par ses sublimes traductions» (Jean Dutourd) brasse tous les sujets – du plus insignifiant au plus grave – avec le même bonheur et ce style inimitable fait de poésie, de douce ironie, de goût du loufoque et du petit détail vrai.

Il ne faut pas oublier le Vialatte «critique littéraire» qui – à la façon d’un Pol Vandromme – se fond dans l’art et la manière de l’écrivain évoqué. La preuve, par exemple, avec ces lignes consacrées à Monsieur Jadis ou L’École du soir d’Antoine Blondin : «Les feux des lampadaires et les flammes de l’alcool exagèrent sur les murs l’ombre des figurants, jusqu’à donner aux Pieds nickelés des proportions de personnages shakespeariens. C’est l’école du souvenir et l’école de l’oubli (…) L’École du soir, c’est la nuit de Nerval, pleine de fantasmes et de fantômes, et qui finit au petit matin, sur un pendu ou sur les bancs du commissariat, après un grand feu d’artifice tiré par l’imagination, dans l’exaltation des alcools. C’est le programme de la terre brûlée, en face de l’invasion de la vie avec ses monstres exigeants et monotones.» Et c’est ainsi que Vialatte nous manque.

Christian Authier
Un Article de l’Opinion Indépendante

Résumons-nous, Robert Laffont, collection Bouquins, 1344 p.

Partager : Facebook Twitter Email

 


Christian Authier Plus d'articles de