Close

Que reste-t-il de nos amours ?

06 Avr Publié par dans Littérature | Comments

Arnaud Guillon signe avec En amoureux un roman délicat et tranchant.

Les histoires d’amour sont, en général, d’une banalité confondante. Il y a la rencontre, les premières fois, les promesses, les lieux qui serviront de décors à des scénarios déjà écrits. Avec En amoureux, Arnaud Guillon ne refuse pas l’obstacle et livre une énième version du «boy meets girl». Voici donc Paul, réalisateur de documentaires et Ninon, archéologue. Lui se remet doucement d’une rupture douloureuse quand il croise, lors d’une pendaison de crémaillère, cette «liane brune» dont il tombe sous le charme : «Elle était âgée d’une quarantaine d’années, mais il imaginait sans difficulté l’enfant mutine puis l’adolescente charmeuse qu’elle avait dû être.» Après sept années d’un bonheur parfait, Ninon voit son mariage se déliter et, malgré un jeune fils, elle est prête à sacrifier son couple à un nouvel amour. «Tout à fait ton genre… Ravissante, mais dangereuse…», avait glissé à Paul l’un de ses amis. Le genre d’avertissement que l’on n’écoute jamais.

On suit cette passion, ses emballements, ses hésitations, ses échappées belles dans les Cyclades. L’auteur d’Écume Palace (prix Nimier en 2000) et de Tableau de chasse glisse quelques fausses pistes (dont un clin d’œil à La Femme d’à côté de Truffaut), remonte dans le passé des personnages, ouvre le domaine du possible. Nous avons lu cela au moins cent fois, mais Arnaud Guillon raconte cette romance ordinaire avec un art qui n’appartient qu’à lui. Il saisit dans En amoureux des climats, des ambiances, des atmosphères, des lumières, des silences emportant avec eux une histoire et ses sentiments évanouis. Un désenchantement, qui ne s’appesantit jamais, s’invite. La cruauté a son mot à dire. Comme dans la vie. Le présent commence à fabriquer des souvenirs qui deviendront tranchants. Une nouvelle fois, l’écrivain signe une composition en dentelle, doucement déchirante.

Christian Authier
Un Article de l’Opinion Indépendante

En amoureux, éditions Héloïse d’Ormesson, 176 p.

Arnaud Guillon © David Ignaszewski

Partager : Facebook Twitter Email

 


Christian Authier Plus d'articles de