Close

Toulouse, d’hier à aujourd’hui (17)

01 Nov Publié par dans Opinions | Commentaires

Réflexions futiles, choses vues et souvenirs inspirés par la ville et ceux que l’on y croise.

Rue du Puits Vert, l’autre soir, une « punkette à chiens » s’emportait contre l’un des deux animaux qui la suivaient en trottinant : « Dépêche ! », « Allez plus vite ! », « Dépêche, je te dis ! », « Grouille putain ! ». Le chien en question était affublé du nom de « Bitch » à chaque invective, à moins que ce ne soit « Beach », mais cette seconde hypothèse ne me paraît pas la plus probable. J’avais déjà assisté à des scènes plus rudes. Outre les cris, parfois des coups pleuvent sur les bêtes charriées dans leur sillage par des marginaux, souvent jeunes. On peut supposer que nombre de ces individus, en rupture et/ou en révolte contre la société, ses contraintes et ses coercitions sont animés par une « philosophie » ou un état d’esprit assez proche du « Ni dieu, ni maître » cher aux anarchistes. Il est alors curieux que certains usent avec leurs animaux d’attitudes qu’ils n’aimeraient pas – à juste titre – subir eux-mêmes. Sinon à considérer que l’exercice de l’autorité, de la force, voire de la violence envers plus faible que soi fasse partie, hélas, de la nature humaine.

chien

Depuis plusieurs mois, des mendiants – officiant notamment rue Alsace-Lorraine et qui semblent issus de communautés Roms d’Europe de l’Est – sont accompagnés de chats. Les animaux sont quelquefois tenus par une laisse afin qu’ils ne s’éloignent pas, ce qui n’empêche guère les plus jeunes de jouer. Une gamelle est posée devant eux. Au fil du temps, on peut d’ailleurs voir les félins prospérer à l’image de ce chaton blanc et noir devenu presque un adulte. Quand il fait froid, une couverture les protège ou bien ils se lovent contre la poitrine de leur propriétaire. Évidemment, l’animal est là pour attendrir le passant et par là même glaner quelques pièces. Cependant, le soin avec lequel ces chats sont traités inspire de bons sentiments envers leurs maîtres.

photo-2

Tombili, chat des rues d’Istanbul

Ces quelques chats donnent un petit côté stambouliote à la ville rose. Dans la mégalopole turque, riche d’au moins quinze millions d’habitants, le minet est roi. Les matous pullulent. Il doit y en avoir trois millions (estimation totalement subjective fondée sur aucune étude scientifique). Ils se pavanent, trônent, observent l’agitation des humains autour d’eux d’un œil débonnaire. Ils sont partout et de toutes les couleurs, font partie non du décor mais de la vie. Ils n’appartiennent à personne et sont à tout le monde. Il ne viendrait à l’idée de quiconque, à l’exception inévitable de quelques galopins, de les brusquer. Même les chiens, pour le coup bien plus discrets (naguère, il est vrai, leur sort fut réglé de manière aussi brutale que définitive), en ont pris leur parti. Beaucoup ont leurs habitudes dans des boutiques, des cafés ou des restaurants dans lesquels les habitués prennent place sur des chaises. Sur le pont de Galata, ils attendent sagement auprès des pêcheurs quelques petits poissons. De toute façon, ils savent que n’importe où ils seront nourris par les Stambouliotes.

photo-3

Tombili, chat des rues d’Istanbul, décédé le 1er août dernier, dans le quartier de Ziverbey à Kadiköy, sur la rive anatolienne de la ville. Cette chatte de onze ans était particulièrement chère aux habitants du quartier qui décidèrent de lui rendre hommage. Ce qui fut fait bénévolement par la sculptrice Seval Şahin.

On nous pardonnera cette digression sur les rives du Bosphore, mais je rêve parfois d’une Toulouse où le chat serait roi, sans domicile fixe, laissant libre cours à son instinct libertaire à la fois indépendant et paisible : ni dieu, ni maître.

Christian Authier


Toulouse, d’hier à aujourd’hui / Tout doit disparaître

Toulouse, d’hier à aujourd’hui / Au Capitole – Aux Dames de France

Toulouse, d’hier à aujourd’hui / Toulouse au mois d’août

Toulouse, d’hier à aujourd’hui / Le Palais des Sports

Toulouse, d’hier à aujourd’hui / Copains d’avant

Partager : Facebook Twitter Email

 


Christian Authier Plus d'articles de