Close

De l’ancien et du nouveau monde

09 Mai Publié par dans Musique classique | Commentaires

Le dernier concert de musique de chambre de la saison des Clefs de Saint-Pierre accueille à l’auditorium Saint-Pierre des Cuisines cinq musiciens des pupitres de cordes de l’Orchestre national du Capitole : Lise Martel et Guilhem Boudrant, violons, Laura Ensminger, alto, Marie Girbal, violoncelle, et Damien Loup Vergne, contrebasse. Le programme de ce 9 mai est entièrement consacré au compositeur de la Symphonie du Nouveau Monde, Antonin Dvořák.

clefs-de-st-pierre_concert_dvorak2016

Les musiciens de ce dernier concert de la saison des Clefs de Saint-Pierre. De gauche à droite : Guilhem Boudrant, violon ; au premier plan : Lise Martel, violon et Laura Esminger, alto ; au second plan : Damien Loup Vergne, contrebasse, Marie Girbal, violoncelle

La 16ème saison des Clefs de Saint-Pierre, dans laquelle les cordes ont occupé une place prépondérante s’achève le 9 mai 2016 sur une évocation de deux aspects de la musique de chambre de ce compositeur tchèque, grand voyageur, attaché à ses racines mais ouvert sur les cultures lointaines. Son Quintette en sol majeur op. 77 n°2, créé en 1875, ajoute une contrebasse à l’habituel quatuor à cordes. Cette œuvre majeure témoigne d’un retour de l’inspiration du compositeur vers ses racines bohémiennes sous l’influence politique et musicale de Bedřich Smetana, figure emblématique de la musique tchèque. Cette partition est construite sur la succession traditionnelle de quatre mouvements. La version originale de l’œuvre comportait en fait cinq parties, le deuxième mouvement (lent et court) fut supprimé dans la version finale éditée.

Devenu célèbre dans le monde musical, Dvořák est nommé de 1892 à 1895 directeur du Conservatoire national de New York où il tient une classe de composition. C‘est à ce séjour américain que l’on doit l’œuvre la plus célèbre du compositeur, sa Symphonie du Nouveau Monde. Mais son avant-dernier quatuor, le n° 12 en fa majeur, porte également cette marque de l’expatriation, au point d’être sous-titré « Quatuor Américain ». Alors en séjour dans une petite ville de l’Iowa, Dvořák mêle dans cette partition ses racines bohèmes et la musique religieuse noire américaine : la gamme pentatonique, la septième à la place de la sensible, les rythmes pointés, autant d’éléments qui signent les influences et le dépaysement du compositeur. Le violon imite un oiseau local, le tanager rouge au début du Scherzo, tandis que l’œuvre débute par l’alto : encore une fois l’influence de Smetana, et de son quatuor « De ma vie ».

Les cinq interprètes de ce programme appartiennent tous à la jeune génération des cordes de l’Orchestre national du Capitole. Une manière pour eux de consolider encore les liens qu’ils ont tissés au sein de la phalange symphonique toulousaine.

Serge Chauzy
Une chronique de ClassicToulouse

Renseignements détaillés et réservations au :

06 63 36 02 86.

Email : internotes.toulouse@
gmail.com

Internet :
http://lesclefsdesaintpierre.org/

Programme du concert donné le 9 mai 2016
à 20 h à l’auditorium Saint-Pierre des Cuisines

* A. Dvořák
– Quatuor américain en fa majeur op. 96 n°12
– Quintette en sol majeur op. 77 n°2

Festik

Partager : Facebook Twitter Email

 


Serge Chauzy Plus d'articles de