Close

Grigory Sokolov, le Sphinx du clavier est de retour

21 Avr Publié par dans Musique classique | Commentaires

3 mai 2016, le pianiste russe est de retour à la Halle. Finalement, sa présence nous devient familière, et l’on se pose même la question : Une saison toulousaine peut-elle se passer  de celui qui est devenu incontournable dans notre paysage culturel pianistique ? Grands Interprètes pense que non, et son public, de même.

Sokolov

Il y aura plus de deux mille personnes à la Halle pour s’extasier, une fois de plus sur le bonhomme, et le pianiste, et le jeu de pédales, et ces poignets comme suspendus, et cette maîtrise absolue d’un bout à l’autre du récital, et cette illumination comme permanente semblant monter de la “boîte“, et cette jubilation intérieure intense que l’on devine dans la succession des encore qu’il nous délivrera, si tout va bien. Pour cela, il faudra communier, toutes oreilles dressées, yeux écarquillés, portables éteints, et surtout, surtout, ni toux, ni raclement de gorge.

ROBERT SCHUMANN   [1810-1856]

Arabesque, en ut majeur, opus 18

Fantaisie, en ut majeur, opus 17
I. Durchaus phantastisch und leidenschaftlich vorzutragen
II. Mässig. Durchaus energisch
III. Langsam getragen. Durchweg leise zu halten

entracte ~ 20 mn  

FREDERIC CHOPIN  [1810-1849]

Deux Nocturnes, opus 32
Nocturne n°1, en si majeur (Andante sostenuto)
Nocturne n°2, en la bémol majeur (Lento)

Sonate n°2, en si bémol mineur, opus 35
I. Grave-Agitato
II. Scherzo
III. Marche funèbre
IV. Finale (Presto)

SokolovCe sera un premier récital à Leningrad à douze ans, et très vite, le sacre du Concours Tchaïkovski de Moscou quatre ans plus tard, à seize ans donc. Soixante-cinq candidats sont venus de tous les pays pour briguer la succession de pianistes aux noms devenus par la suite si prestigieux : Van Cliburn, Ogdon, Askenasy. Ils affrontent un  jury présidé par une autre gloire, Emile Guilels, et un public dont l’attention et les connaissances le rendent tout aussi redoutable. On loue, mis à part sa jeunesse, le métier de virtuose du vainqueur, s’étayant sur une maturité surprenante déjà évidente. Disciple du professeur Zelikman au Conservatoire de Léningrad, le tout jeune Sokolov se distingue par l’acuité et la précision de ses conceptions architecturales pour chaque œuvre abordée, que ce soit pour une sonate, ou une œuvre plus courte comme un Nocturne qui n’en demande pas moins aussi une construction. « Au-delà de la note, du trait, de l’effet, il y a toujours chez lui, une musicalité, une légèreté qui organisent toute chose. » Commentaires faits au lendemain même du concours.

En plus de 40 ans de carrière, Grigory Sokolov s’est produit dans toutes les plus grandes salles des Etats-Unis et du Japon, a travaillé avec plus de deux cents chefs ainsi qu’avec les plus grands orchestres. Le maître russe est l’un des très rares pianistes à avoir aussi une présence constante dans les plus grandes salles d’Europe et ce, année après année.

Ces dernières, Grigory Sokolov a renoncé au brio des engagements avec orchestre pour se concentrer sur un exigeant tête-à-tête avec le piano. Un tête-à-tête exigeant aussi avec son public et le lieu du concert car l’artiste n’aime pas du tout, mais du tout  être perturbé pendant sa “performance“. Le cadre de la Halle par exemple, lui convient fort bien. Celui du Cloître, ouvert aux quatre vents, beaucoup moins. Plusieurs années également qu’il donne très peu d’entretiens et limite autant que possible son activité d’enregistrement. Jamais pourtant, il n’a été aussi connu – non comme une simple star du clavier mais, aux yeux de beaucoup, comme un véritable monstre sacré.

Déjà, cinquante ans ont  passé depuis le sacre. Et son public est de plus en plus nombreux, les salles affichent maintenant complet car, un récital de Sokolov, c’est devenu comme un pèlerinage, le rocher de Solutré de tout amoureux du piano qui, avec lui, s’accorde à penser que la découverte de la vérité se savoure et réclame un certain abandon. Son aura transcende celle du commun des virtuoses. Et plus ce géant modeste tente de se faire discret, plus elle semble le rattraper. Il est devenu incontournable, et tout participe à cet engouement, jusqu’à son arrivée sur scène et son cheminement un peu chaotique jusqu’au clavier sur lequel il fond sans attendre. On sait aussi, qu’il a passé plusieurs heures à répéter des œuvres qu’il connaît au centième de seconde près, à régler son instrument et le tabouret. Il faudra encore lui signifier que le public est là, impatient, qui voudrait bien rejoindre son fauteuil.

L’expérience d’un récital relève du quasi mystique, assortie de rituels immuables bien connus de ses fans : le recueillement d’une salle plongée dans une semi-pénombre, le salut furtif du maestro, la densité d’un programme enchaîné sans hiatus et, en guise de bouquet final, l’offrande d’une moisson de encore attendus avec gourmandise.

« De ce climat d’intense concentration émerge une musique dont la richesse de nuances, de couleurs et de timbres est devenue une véritable signature. Mais une telle beauté possède en réalité des racines bien terrestres : une culture musicale quasi-encyclopédique, un vaste répertoire embrassant sept siècles de musique de Pérotin à nos jours, une science consommée de la mécanique interne du piano, et enfin une connaissance intime des œuvres, remises sur le métier des heures, des jours et des mois durant.

Et ce n’est pas là la moindre des énigmes du jeu de Sokolov : scrutée et analysée dans ses plus infimes détails jusqu’à tant que chaque note y trouve sa place vitale au sein de l’harmonie du tout, sa musique n’en semble pas moins jaillir, comme par miracle, dans l’inspiration du moment. Humble artisan ou génial alchimiste, Grigory Sokolov est un Sphinx du clavier. »

Est-il utile de présenter les œuvres au programme ? Pas sûr. Chopin et Schumann, la soirée sera placé sous le signe du romantisme, et pas le moindre. Qui ignore la sonate n°2 du premier et sa fameuse Marche funèbre ? Et ses Nocturnes ? Quant au second, il n’a pas été baptisé “le poète du piano“ pour rien. Il est le vrai romantique qui exprime dans sa musique toute sa vie intérieure. Et si Beethoven lui, a résisté à tous les assauts et réagit, Schumann aura moins de résistance. Quand l’ombre descend sur le génie, il ploie, et sera finalement brisé. Ne dit-il pas de lui-même : « ma musique porte les traces des luttes que j’ai dû soutenir. » Et le piano est bien le traducteur préféré de sa pensée comme de ses sentiments.

Michel Grialou 

mise en page 1Les Grands Interprètes
Grigory Sokolov (piano)
mardi 03 mai 2016 à 20h00
Halle aux Grains

 

 

—-

 

 

Mécénat / Partenariats
Nathalie Coffignal
mail : ncoffignal@grandsinterpretes.com
Tel : 05 61 21 09 61

 

Partager : Facebook Twitter Email

 


Michel Grialou Plus d'articles de