Close

Médiacratie

08 Avr Publié par dans Cinéma | Commentaires

Dans Truth, Cate Blanchett interprète une journaliste de la chaîne CBS accusée d’avoir diffusé de fausses informations mettant en cause le président George W. Bush…

Productrice du journal télévisé de CBS présenté par la star Dan Rather (Robert Redford), Mady Mapes (Cate Blanchett) est, à la veille de l’élection présidentielle de 2004, mise sur la piste d’informations mettant en cause le président des Etats-Unis candidat à sa réélection. Pendant la guerre du Vietnam, Bush Jr aurait bénéficié de passe-droit pour ne pas aller combattre et faire son service militaire dans la Garde nationale. Le scoop est vite dévoilé, mais sa véracité est aussitôt remise en cause. Mady Mapes, son équipe et Dan Rather se retrouvent pris dans une tourmente politico-médiatique…

Truth, premier long-métrage du scénariste James Vanderbilt, porte assez mal son titre puisque les accusations visant Bush n’ont jamais été formellement prouvées. Après tant d’autres, le film renoue avec un certain cinéma engagé des années soixante-dix, dont Les Hommes du Président d’Alan J. Pakula demeure l’étendard et retrouver ici Robert Redford dans le rôle de Dan Rather renforce la filiation. Depuis le scandale du Watergate, Bob Woodward et Carl Bernstein du Washington Post sont devenus les symboles et les icônes du journalisme d’investigation. De manière curieuse, Truth perpétue le mythe du journaliste Don Quichotte défiant les puissants et révélant des secrets d’État, mais en relatant l’histoire d’un fiasco. Car Mapes et son équipe firent preuve – au mieux – de légèreté et d’amateurisme, voire – au pire – de désinformation par esprit partisan ou par quête du scoop.

Tout ce petit monde, Rather y compris, fut d’ailleurs sanctionné par CBS et amené à prendre la porte. Cela n’empêche pas Truth de les glorifier à travers un scénario aussi méandreux que bavard plombé par une mise en scène d’un académisme étouffant. Cate Blanchett campe avec une énergie un peu forcée une version américaine et féminine de notre Edwy Plenel national tandis que Redford promène ses rides avec une satisfaction de patriarche. Sur les médias US et leurs rapports au pouvoir, mieux vaut revoir l’excellente et corrosive série Newsroom d’Aaron Sorkin.

Christian Authier
Un Article de l’Opinion Indépendante

Truth : Le Prix de la vérité de James Vanderbilt,
avec Cate Blanchett, Robert Redford, Elisabeth Moss.

Durée : 2h05

Partager : Facebook Twitter Email

 


Christian Authier Plus d'articles de