Close

Jeremy Ferrari : l’as de la provocation a une nouvelle fois conquis les toulousains

11 Mar Publié par dans Humour | Commentaires

Il fut un temps, Jeremy Ferrari et son humour dérangeant étaient les éternels recalés des festivals d’humour francophones. Mais cette sombre époque est révolue, tout le monde s’arrache désormais ce  diablotin à l’humour cynique qui n’a jamais la langue dans sa poche. Mardi soir, à l’occasion de la troisième édition du festival des Chevaliers du Fiel «Les Fous rires de Toulouse», il a investi la scène du Casino Théâtre Barrière, pour y présenter son nouveau spectacle «Vends 2 pièces à Beyrouth».

FERRARI 2

Le titre annonce d’ores et déjà la couleur : pas la peine de s’attendre à de l’humour fun et léger à base de blagues du quotidien et de sujets anodins ! Place à l’humour engagé sur fond de sujets de société forts : la guerre, le terrorisme, le conflit israélo-palestinien, les pratiques pas toujours très transparentes des ONG… Pas évident de traiter ces thèmes avec humour me direz vous. Heureusement, Jeremy Ferrari n’en est pas à son coup d’essai, et avait déjà convaincu le public avec son précédent spectacle « Hallelujah Bordel ! » en abordant le thème des religions.

Au delà du choix des sujets, on reconnaît immédiatement la griffe de l’humoriste dans le style d’écriture et la construction du spectacle, qui n’est pas sans rappeler sa précédente création. Entre stand up, interactions avec le public, sketchs et monologue saisissant, Jérémy reprend la recette qui avait précédemment fait son succès et l’ajuste intelligemment avec de nouveaux éléments qui font la différence. Les jeux de lumière structurent le show, et les musiques façon film de guerre engagé sur les conflits ethniques actuels nous immergent d’entrée de jeu dans le cœur du spectacle (les musiques du spectacle sont des compositions originales ndlr.). Rien que les premières secondes du spectacle m’ont impressionné tant l’idée est ingénieuse…

FERRARI 1A en juger par la qualité d’écriture et la maitrise des thèmes abordés, on devine un véritable travail de recherches en amont. On ne rigole pas toujours c’est vrai, mais Jeremy a la faculté surprenante de nous garder toujours à l’écoute tant le spectacle est instructif et surprenant ! Comme à son habitude, il ouvre rapidement les hostilités, dénonce à tout va et sans vergogne, et pointe du doigt sans crainte les vices et les maux du monde moderne, devant un public indigné mais conquis. Mention particulière à l’aparté traitant des ONG, qui en prennent pour leur grade avec preuves irréfutables et révoltantes à l’appui ! Chapeau l’artiste, qui avec toujours autant d’énergie nous offre une fois encore un spectacle drôle mais avec un vrai fond, a la manière d’une conférence décalée et politiquement incorrecte sur des évènements marquants et des problématiques fortes de notre société actuelle.

Camille W.

Les Fous Rires de Toulouse

Partager : Facebook Twitter Email

 


Camille Willer Plus d'articles de