Close

Le voir pour le croire

21 Juil Publié par dans Cinéma | Commentaires

Chemins croisés est une romance à l’eau de rose entre un jeune cowboy qui monte des taureaux et une étudiante en art. Étonnant.

En Caroline du Nord, Luke, beau et jeune cowboy qui fait des rodéos avec des taureaux, rencontre Sophia, étudiante en art. Lors de leur première soirée, ils sauvent un vieil homme, Ira, d’un accident de voiture. Après sa convalescence, celui-ci va se confier à Sophia tandis que l’histoire d’amour entre elle et Luke se heurte à leurs aspirations contraires. Elle ne rêve que des galeries d’art moderne de Manhattan où ses premiers pas professionnels l’appellent, il ne rêve que de devenir champion de rodéo…

L’été est souvent propice à la prolifération des navets (cinématographiques), les distributeurs profitant de la période creuse pour écouler les produits improbables encombrant leurs étagères. Parmi ceux-là, Chemins croisés, adaptation d’un roman de Nicholas Sparks (sorte de Marc Levy américain), s’inscrit dans le genre de la romance sirupeuse aux accents mélodramatiques.

Au-delà de la niaiserie transcendantale du scénario et des dialogues, il faut saluer le jeu des comédiens qui se hisse au niveau de l’entreprise. Si Britt Robertson sourit bêtement et roule des yeux pour exprimer la surprise, la palme revient à Scott Eastwood qui a certes hérité du physique avantageux de son père Clint, mais qui est aussi charismatique qu’un haricot vert, aussi expressif qu’une chaussette abandonnée. Il convient tout de même d’avouer que lorsque la médiocrité atteint de tels sommets, elle se transforme en spectacle fascinant, stupéfiant. On repense au dicton : «le voir pour le croire».

Christian Authier
Un Article de l’Opinion Indépendante

Chemins croisés de George Tillman Jr avec Britt Robertson, Scott Eastwood, Alan Alda. Durée : 2h19.

Partager : Facebook Twitter Email

 


Christian Authier Plus d'articles de