Close

Portrait d’un misanthrope

10 Juin Publié par dans Cinéma | Commentaires

Dans Manglehorn, Al Pacino interprète un serrurier solitaire et bougon. Un film bancal, mais attachant.

Manglehorn

Angelo Manglehorn, serrurier dans une petite ville américaine, n’a jamais oublié son grand amour de jeunesse, Clara. Misanthrope, égoïste, solitaire, irascible : il rumine, gratte ses plaies, observe l’humanité avec une indifférence teintée de mépris. Seuls son vieux chat et sa petite-fille lui arrachent des sentiments. Il y a bien aussi cette guichetière de banque avec laquelle il parle chaque vendredi et dont la propre solitude, comme l’amour pour son chien, pourraient en faire une bonne amie. Mais ce bougon de Manglehorn semble préférer se morfondre dans le passé…

Il y a plusieurs veines dans la riche filmographie du pourtant jeune réalisateur (quarante ans) David Gordon Green qui navigue entre cinéma indépendant et films de studio. On lui doit notamment une sorte de film noir rural (L’Autre rive) influencé par Terrence Malick (par ailleurs coproducteur du film), des comédies d’inspirations variées (Délire Express,Votre Majesté), une chronique délicate sur la jeunesse (All the Real Girls) ou un drame aux accents naturalistes (Joe). Manglehorn est à la croisée de ses deux précédents longs-métrages sortis en 2013. À Prince of Texas, il emprunte l’ambiance atmosphérique et le goût des métaphores tandis qu’à l’instar de Joe, avec Nicolas Cage, le film repose sur un «monstre sacré» d’Hollywood, en l’occurrence Al Pacino. Ce numéro d’acteur est parfois étouffant (même si le comédien nous épargne plutôt le cabotinage dont il est friand) et écrase des seconds rôles épatants (Holly Hunter, Chris Messina). Encombré de scènes inutiles (l’opération du chat entre autres) et trop longues, Manglehorn est à l’image de son personnage : il claudique, se répète, exaspère, mais se révèle finalement attachant, traversé de moments de grâce.

Christian Authier
Un Article de l’Opinion Indépendante

Manglehorn de David Gordon Green avec Al Pacino, Holly Hunter, Chris Messina. Durée : 1h37. 

Partager : Facebook Twitter Email

 


Christian Authier Plus d'articles de