Close

« Jeunes Filles ! », l’exposition photographique d’Eva Kristina Mindszenti à l’Espace W31

25 Fév Publié par dans Arts plastiques, Photo | Commentaires

Eva Kristina Mindszenti est de ces artistes qui laissent leur travail parler pour lui même. Plasticienne et écrivain, elle est l’auteur d’une trentaine d’expositions personnelles, d’une dizaine d’expositions collectives et de six livres.

Lire la nuit sous les draps

De nombreuses écoles ont inscrit ses albums jeunesse à leur programme. De nombreux lecteurs firent de son roman « Les Inattendus », publié aux Editions Stock, un succès. L’ouvrage fut récompensé par l’Académie Française du Prix Anna de Noailles et reçut le Prix de la Fondation Perrier. A Toulouse, on se souviendra d’Eva Mindszenti, un soir de Marathon des Mots, interprétant ce texte puissant sur la grande scène du TNT.

Ce travail littéraire remarquable pourrait faire oublier qu’Eva Kristina Mindszenti est, avant tout, une plasticienne. Depuis une quinzaine d’années, elle construit une œuvre totalement singulière.

Pour toutes ces raisons, l’invitation du Crédit Agricole à exposer ses œuvres photographiques s’annonce comme un événement.

L’exposition s’intitule « Jeunes Filles ! ». Elle se déroule à L’Espace W 31, sur les allées Franklin-Roosevelt : un espace multi-média où le Crédit Agricole invite, aussi, des artistes contemporains.

Elle se compose de vingt œuvres, et on comprend rapidement qu’il ne sera pas question de midinettes ici. L’évocation de l’adolescence n’est qu’un point de départ vers une réflexion plus riche.

La première surprise vient de l’expression graphique même. Il s’agit de photographies, mais elles rappellent autant la peinture que l’encre de Chine, voire la broderie. On y retrouve les clairs-obscurs chers à Rembrandt, des aplats que n’aurait pas reniés Rothko, des horizons homériques ou des créatures exosquelettes. Une beauté étrange baigne l’ensemble. C’est un travail unique et très personnel.

Si la maîtrise technique impressionne, elle ne supplante jamais le propos.

Eva Kristina Mindszenti a choisi la métaphore de la jeune fille pour aborder des questionnements universels : l’affirmation de l’individualité et le courage qu’elle requiert. L’envie et la peur de « devenir quelqu’un »  (illustrées par une extraordinaire dentelle végétale). La volonté de s’intégrer au groupe, associée à la crainte d’y perdre sa particularité.

Il y a une tendresse pour l’être humain chez Mindszenti, contrebalancée par une ironie très fine. La drôlerie cinglante d’un diptyque astrologique (« Miss Taureau / Miss Gémeaux ») donne envie que l’artiste règle son compte à tout le zodiaque.

Miss Taureau

L’équilibre est l’une des grandes forces de ce travail. Eva Mindszenti réussit à unir profondeur et humour, gravité et grâce, beauté et bizarrerie. Cet instinct funambulesque se retrouve aussi dans l’harmonie entre narration et abstraction qui construisent ce projet étonnant, brillant, littéraire.

On ressort de l’Espace W 31 vivifié par le plaisir d’avoir découvert une œuvre tout simplement hors de l’ordinaire. Mais aussi, avec la conviction qu’Eva Kristina Mindszenti est une artiste à suivre de très près.

iMaestro

Du fond de mon coeur incandescentExposition « Jeune Filles ! » – jusqu’au 28 Mars 2015

à l’ Espace W31, 1-3 allées Franklin-Roosevelt, Toulouse

Métro Jean-Jaurès

.

Partager : Facebook Twitter Email

 


iMaestro Plus d'articles de