Close

Bons baisers de Serbie

08 Nov Publié par dans Cinéma | Commentaires

Un ancien 007 (Pierce Brosnan) et une ex-James Bond girl (Olga Kurylenko) sont à l’affiche de The November Man où des agents très spéciaux règlent leurs comptes à Belgrade.

The November Man

Regrette-t-il d’avoir abandonné son costume de James Bond à Daniel Craig ? En tout cas, Pierce Brosnan en endossant le rôle de Peter Devereaux (un agent de la CIA créé par le romancier Bill Granger), alias «The November Man», renoue avec un profil familier. Officiellement à la retraite, Devereaux est en fait un «agent dormant» que ses supérieurs réactivent en cas de besoin. Comme pour récupérer à Moscou auprès d’un autre agent infiltré des documents mettant en cause Arkady Federov, ancien général de l’Armée et probable futur Président de Russie.

En outre, l’agent en question n’est autre que Natalia Ulanova avec laquelle Devereaux eût une fille qu’il élève désormais en Suisse. Mais une autre équipe de la CIA – menée par l’agent Mason, ancien élève de Devereaux – est chargée de liquider Natalia. Celle-ci, avant de mourir, confie au père de sa fille la clé USB contenant les documents compromettant Federov. À Belgrade, où le Russe séjourne, Devereaux va devoir retrouver Mira Filipova, responsable d’un centre pour les réfugiés, témoin capital dans la ligne de mire des hommes de Federov et de Mason…

Entre James Bond et Jack Bauer

Si The November Man se déroule quasi intégralement à Belgrade, il est à noter que ce ne sont pas les Serbes qui tiennent le mauvais rôle, mais leurs cousins russes. Voilà qui change un peu car Hollywood en avait fait dans les années 90 et 2000 les nouveaux grands méchants : du Pacificateur à En territoire ennemi en passant par The Hunting Partyou la première saison de 24. C’est finalement l’une des rares singularités de ce film d’action qui s’attèle vaillamment au cahier des charges : poursuites en moto et en voiture, explosions, tueurs à gages, agents doubles ou triples, trahisons…

Rien de bien nouveau donc, mais cela est rondement emballé, efficacement (et platement) mis en scène par le vétéran Roger Donaldson. Âpre et violent, The November Man offre à Pierce Brosnan un rôle à mi-chemin entre le James Bond de Daniel Craig et Jack Bauer. À ses côtés, la plastique d’Olga Kurylenko ne gâche rien tandis que Luke Bracey évoque une fade copie de Jeremy Renner. Signalons que Bill Granger a mis en scène les aventures de Peter Devereaux dans treize romans. Si The November Man remplit les salles, il ne serait donc pas surprenant de voir Brosnan reprendre du service.

Christian Authier
Un Article de l’Opinion Indépendante
.

Partager : Facebook Twitter Email

 


Christian Authier Plus d'articles de