Close

Le Chevalier de Saint-George, musicien et bretteur

07 Nov Publié par dans Danse, Musique | Commentaires

Les Passions-Orchestre baroque de Montauban et son directeur musical, Jean-Marc Andrieu, rendent hommage à l’un des compositeurs les plus étonnants de la fin du XVIIIème siècle, le Chevalier de Saint-George. En outre, l’Orchestre Les Passions s’associe à la compagnie de danse James Carlès afin d’exprimer cette magnifique originalité par un « dialogue physique » entre la musique et la danse, ceci dans le cadre du festival Danses et Continents Noirs et en partenariat avec la Maison de l’Afrique à Toulouse. Voici donc l’occasion de redécouvrir le talent d’un homme de couleur qui partagea sa vie tumultueuse entre la musique, la diplomatie et l’escrime !

Le duel entre le Chevalier de Saint-George et le Chevalier d'Eon dans ses atours féminins (Charles Jean Robineau)

Né en Guadeloupe en 1739, Joseph Bologne de Saint-George, dit Chevalier de Saint-George, fut à la fois un invincible escrimeur, un violoniste, un chef d’orchestre courtisé et un grand compositeur. « Homme de pique et musicien de cœur », il vint à Paris sous le règne de Louis XV. Ainsi que le décrit Alain Guédé dans son passionnant ouvrage récent Monsieur de Saint-George, le nègre des Lumières, le « Mozart noir », également dénommé le« Voltaire de la musique », n’hésita pas à s’engager corps et âme contre le racisme et l’esclavage dans un royaume vacillant qui menait à la Révolution. Les œuvres musicales et littéraires de ce personnage romanesque reflètent la personnalité et la vie agitée de ce « fameux » et bel homme qui maniait aussi bien l’épée que l’archet. Son célèbre duel avec le Chevalier d’Eon, qui eut lieu à Londres en 1787, alimenta les chroniques de l’époque.

Musique de chambre, concertos, symphonies, opéras, airs de concert, romances constituent l’essentiel de sa production qui représente un corpus de plus de deux-cents opus. Les œuvres musicales du chevalier qui « oscillent toujours entre charme et larmes, avec une pointe de langueur créole », ont marqué leur époque.

L'orchestre Les Passions, dirigé par Jean-Marc Andrieu et la compagnie James Carlès  - Photo Stéphane Gros-Nicolaï -

Autour de Jean-Marc Andrieu, direction musicale et flûte à bec, seront réunis Liv Heym et Nirina Betoto, violons, Jennifer Lutter, alto et Marie-Madeleine Mille, violoncelle.

Pour cette collaboration exceptionnelle, James Carlès a choisi des interprètes singulier(ère)s et puissant(e)s, car ce « ballet /concert » est un moment de célébration, une façon originale de rendre un hommage sincère à « Tous nos héros disparus ». Les danseurs interprètes de ce programme exceptionnel sont James Carlès (ouverture), Aurore Delahaye, Pascal Beugré Tellier et Shihya Peng. Nul doute que l’esprit et le génie du Chevalier, sous leurs multiples facettes, sauront envoûter les spectateurs par cette symbiose artistique.

Serge Chauzy
Une Chronique de Classic Toulouse

Altigone ProloguesRenseignements et réservations pour l’Orchestre Les Passions :

tél : 05 63 22 19 78

www.les-passions.fr/

Spectacle donné le 14 novembre à 21 h à Altigone, Saint-Orens

.

Partager : Facebook Twitter Email

 


Serge Chauzy Plus d'articles de