Close

La 35ème édition de Piano Jacobins

11 Juin Publié par dans Musique classique | Commentaires

C’est par le plus ancien des festivals français de piano que débute chaque année la riche saison musicale toulousaine. Piano Jacobins reste l’emblème de la Ville rose en ce qui concerne la célébration du clavier. La 35ème édition, portée une fois encore par le toujours jeune couple de copains créateurs du Festival, Catherine d’Argoubet et Paul-Arnaud Péjouan-Cassanelli, durera du 3 au 30 septembre 2014. Tout en poursuivant son évolution, le Festival maintient le cap de ce qui fait sa force et son identité : la coexistence entre le prestige des artistes consacrés et l’ouverture vers la jeune génération. La diversification des répertoires, de la période baroque à la musique d’aujourd’hui, reste à l’ordre du jour. En outre, Piano Jacobins renoue avec la pratique des commandes. Ainsi une œuvre nouvelle de Bruno Mantovani sera créée au cours de cette édition.

Les deux prestigieux pianistes, piliers de la programmation 2014 du Festival. De gauche à droite : Menahem Pressler (photo Marco Borggreve) et Aldo Ciccolini

Les deux prestigieux pianistes, piliers de la programmation 2014 du Festival. De gauche à droite : Menahem Pressler (photo Marco Borggreve) et Aldo CiccoliniDu 3 au 30 septembre, les événements musicaux vont se succéder dans des lieux divers. Certes, le vaisseau amiral de la flotte reste le cloître des Jacobins dont la magie ne cesse d’opérer. Mais l’auditorium Saint-Pierre des Cuisines, la Halle aux Grains, la Cité de l’Espace, la Librairie Ombres Blanches, le Centre Régional de Documentation pédagogique, l’Escale de Tournefeuille complèteront l’accueil des manifestations. Parmi les vingt-cinq événements programmées, seize récitals seront accueillis dans le cloître, trois à l’auditorium Saint-Pierre des Cuisines, deux à la Halle aux Grains, les quatre autres lieux en reçoivent un chacun.

Parmi le large éventail des artistes invités, deux légendes vivantes reviennent confirmer le prestige du festival : Menahem Pressler (le 3 septembre, au Cloître) et Aldo Ciccolini (le 23, à la Halle). De grandes figures du clavier, consacrées par une carrière prestigieuse, seront également présentes : Philippe Bianconi (le 9 au Cloître), David Lively (le 15, à Saint-Pierre), Marc-André Hamelin (le 16, au Cloître), Till Fellner (le 4, au Cloître), Zhu Xiao Mei (le 17, au Cloître), Jeremy Denk (le 5, au Cloître), David Bismuth (le 8, à Saint-Pierre), Inon Barbatan (le 12, au Cloître), Nicolas Stavy (le 22, à Saint-Pierre).

Marc-André Hamelin, grand artiste canadien - Photo Fran Kaufman -

La curiosité des mélomanes sera attirée par les nouveaux venus dans le monde du piano, les jeunes artistes récemment révélés : Teo Gheorgiu, né à Zurich, Sophie Pacini, de Munich, Yevgeny Sudbin, de Saint-Pétersbourg, le Français Rémi Geniet, la Chinoise Shuman Li, l’Ouzbèke Behzod Abduraimov,  le Russe Denis Kozhukhin (déjà présent à Toulouse, en novembre dernier) et le Japonais Kotaro Fukuma qui participera à un concert-lecture le 18 septembre, un concert privé pour les partenaires du festival.

Le jazz sera toujours présent avec une carte blanche à Manuel Rocheman et à Jacky Terrasson. A noter une soirée exceptionnelle à la cité de l’Espace, le 26 septembre animée par Edouard Ferlet et Gregor Nikolai Hilbe (avec projections sur la fusée Ariane 5 !).

La commande du festival, signée de Bruno Mantovani, est intitulée Papillons (l’allusion à Robert Schumann semble évidente). Elle sera jouée par le grand schumannien Philippe Bianconi.

Comme cela s’est institué récemment, un concert commun avec la saison de l’Orchestre National du Capitole est programmé le 18 septembre à la Halle aux Grains. Sous la direction de Tugan Sokhiev, le jeune Behzod Abduraimov sera le soliste du 1er concerto de Tchaïkovski.

Sophie Pacini, l'une des représentantes de la jeune génération - Photo Sophie Pacini -

L’artiste plasticien, illustrateur du légendaire livre-programme, s’appellecette année Axel Arno. Ce nom n’est autre que le pseudonyme de Paul-Arnaud Péjouan-Cassanelli, co-fondateur du Festival. Il a réalisé, pour ce 35ème anniversaire de Piano Jacobins trente projets de vitraux, éventuellement destinés à l’Ensemble Conventuel des Jacobins. Ils illustreront l’affiche et le programme du Festival.

Enfin, n’oublions pas que le Festival toulousain s’exporte bien au-delà de nos frontières régionales ou nationales. Du 9 au 25 mai dernier, une série de concerts sous le label Piano Jacobins ont eu lieu en Chine : les 9, 16, 17, 18 et 23 mai à Beijing, les 11 et 25 mai à Guangzhou, le 15 mai à Shanghai, le 16 mai à Nankin et le 21 mai à Suzhou.
Toulouse rayonne dans le monde aussi par la musique et le piano.

Serge Chauzy
Une Chronique de Classic Toulouse

Piano aux JacobinsInformations sur le Festival International, Piano aux Jacobins – page d’accueil :

www.pianojacobins.com

Le programme général :

www.pianojacobins.com/programme-festival.html

.

Partager : Facebook Twitter Email

 


Serge Chauzy Plus d'articles de