Close

« Les films que j’aime » du réalisateur Claus Drexel

15 Mai Publié par dans Cinéma | Commentaires

En plus de la rencontre que Claus Drexel a bien voulu m’accorder concernant son très beau film « Au bord du monde » (cliquez ici pour la lire), voici les films qu’il aime. Enjoy !

1) Le film qui vous a causé votre premier choc cinématographique.
2001 : l’odyssée de l’espace. Pour moi, c’est l’une des plus grandes œuvres de l’humanité, pas seulement du cinéma. Il y a tout dedans. Quasiment sans aucun dialogue, Kubrick nous raconte toute l’évolution de notre espèce, c’est-à-dire pas seulement l’humanité mais avant l’humanité et après, je ne sais pas comment il a fait. Visuellement, c’est d’une splendeur ! C’est un film qui est extraordinaire parce que justement il ne vieillit pas car tout est juste. Pour prendre l’exemple, qui n’est qu’un exemple, de la fabrication des effets spéciaux, je pense que Kubrick a cherché à raconter quelque chose de juste, il l’a fait avec précision. Et quand on voit George Lucas qui fait 10 ans après La guerre des étoiles, – que j’aime bien aussi, je n’ai rien contre Star Wars-,on a l’impression que le film a été fait 20 ans avant 2001 parce que le but de Lucas était de chercher à montrer ce qu’on pouvait faire, de faire un truc chouette. Et je pense que Kubrick recherche la Vérité avec un grand V et c’est ce qui fait que le film est extraordinaire. En plus, il est complètement hypnotique, et je pense que plus on le voit jeune, plus il est simple à comprendre. 2001

2) Le film qui vous a fait dire « je veux être réalisateur ».
C’est con mais c’est le court-métrage que j’ai fait quand je faisais mes études pour être ingénieur du son dans la musique et pas réalisateur de films. C‘était un exercice que l’on m’a imposé. Ça s’appelait Manhunt, (Chasse à l’homme). Maintenant il y a des grands films qui sont des références pour moi et qui sont ce que j’essaye d’atteindre en tant que réalisateur.

la regle du jeu3) Le film que vous offrez le plus.
Ça varie beaucoup, je ne sais même pas si j’ai offert deux fois le même film alors c’est difficile parce que j’en offre beaucoup. J’essaye toujours de cibler sur la personne plutôt qu’imposer mes goûts… je dirais La règle du jeu, de Renoir.

4) Le film que vous ne vous lassez pas de revoir.
Il y en a plein. Évidemment, je vais citer 2001. Ma femme s’amuse parce qu’à chaque fois qu’il est diffusé à la télé, je l’enregistre. Mais sinon j’adore The Big Lebowski des frères Coen qui est pour moi un chef-d’œuvre. Les gens me disent que c’est un film rigolo alors que je pense qu’il est beaucoup plus que ça. Il parle vraiment de l’être humain de manière très très forte et je trouve que c’est un film bouleversant, c’est peut-être le film que j’ai vu le plus souvent, c’est une merveille. Shining aussi.

the big

5) Le film qui vous fait dire « il devrait être obligatoire au Bac ! ».derzu2
Il y a tellement de films. Dersou Ouzala, un film russe d’Akira Kurosawa.
C’est un super beau film.

6) Le film qui vous fait dire « c’est mon histoire, ça ! » (un film dont vous êtes le réalisateur serait une réponse trop facile).
A serious man des frères Coen, il est génial.

7) Le film dont vous avez repoussé le visionnage à cause d’un gros préjugé et qui vous fait dire « les préjugés, c’est tout pourri ».
Dumb and Dumber. Je me souviens quand il est sorti, je me suis dit « Faut vraiment être débile pour aller voir ça », et je l’ai vu par hasard et j’ai trouvé que c’était extraordinaire. Il est génial, voilà.

8) Le film dont vos amis disent « tu regardes ça, toi ? ».
Peut-être Dumb and Dumber justement.

dumb

9) Le film que vous n’avez jamais rendu à son propriétaire… d’ailleurs, il peut toujours courir pour le récupérer.
J’ai un super coffret des Caro et Jeunet collector avec leurs trois premiers films, une boîte métallique, et ca craint car quand je donnais des cours, ce sont mes pauvres élèves qui me disaient « Monsieur, il faut que vous voyez ça. » et je ne l’ai jamais rendu, c’est le truc qui me gêne le plus.

10) Le film qui vous fait voyager et qui vous a décidé à aller dans les lieux décrits.
Je vais tricher un peu parce que j’avais envie d’aller à un endroit. On m’a dit « Faut que tu vois ce film », ça a confirmé mon choix. J’ai envie d’y tourner mon prochain film. C’est un film inuit, Atanarjuat – The fast runner – il était à Cannes en 2001, je crois qu’il a même eu la Caméra d’Or si je ne me trompe pas.
Ah si, je suis allé à Bodega Bay, au nord de San Fransisco à cause des Oiseaux d’Hitchcock ! J’ai vu l’école, l’église, la cage à écureuil.

oiseaux

11) Le film qui vous enracine.
C’est un documentaire de Werner Herzog, Filmemacher, qui m’a touché pour plein de raisons. Parce que j’ai toujours été un grand fan de Herzog. Je savais qu’il était bavarois comme moi mais pas qu’il venait du bled à côté du mien. Et un jour, je regardais cet autoportrait de Herzog. Il est assis devant cette petite chapelle et il dit « Je viens d’ici. » Je vois ça et je dis « Mais moi aussi ! » car j’y allais toujours avec mon grand-père. Et donc ça m’a bouleversé. Et par extension, il y a aussi Cœur de verre qui est un autre film de Herzog qui se passe vraiment dans ce coin d’où je viens. Je suis un déraciné et j’ai un attachement fort à la Bavière alors que je n’avais jamais vécu là-bas. Je suis né là où mon père faisait sa thèse, qui est une ville que je ne connais pas du tout, puis on est allé en France pour ses recherches et j’ai grandi à Grenoble. Et j’ai un attachement extrêmement fort à la Bavière qui a toujours été le pays de mes grands-parents, où j’allais en vacances et Cœur de verre qui se passe là-bas.

cul en verre

12) Le film qui devrait être remboursé par la sécurité sociale.
Je vais reciter les Farrelly, Mary à tout prix, où on rigole du début à la fin et c’est quand même bon pour la santé.

13) Le film qui ne vous quitte pas.
J’aime bien me faire des rétrospectives, ou même à la maison, en ce moment je fais une rétrospective Fassbinder par exemple que je ne connais pas trop bien et j’achète des coffrets. Mais A serious man, je suis allé le voir 4 fois au cinéma et pendant 6 mois le film ne me quittait pas et dès que je voyais un autre film, je le comparais. J’étais très profondément touché par ce film. Je ne suis pas juif, mais je trouvais qu’il y avait une vérité placée dans la communauté juive, qui va bien au-delà de ça, et qui parle vraiment de l’être humain.

seriousman1

14) Le film dont vous pouvez réciter des dialogues par cœur (non… un film dont vous êtes le réalisateur serait une réponse trop facile).
Tous les Coen. The big Lebowski, Fargo

Une preuve ?
C’est con si je recite The big Lebowski ou pas ? « Is this your homework Larry ? » Je connais vraiment du début à la fin. Il faudrait que je prenne un truc marrant. « Fuck it, Dude, let’s go bowling. » C’est un moment magnifique parce qu’ils ont perdu leur pote, ils ont balancé les cendres, un moment où tout va mal. Pour moi, c’est la réponse à tous les problèmes de la vie : s’en foutre.

15) Le film qui est votre dernier coup de cœur.
Très clairement, c’est un film allemand qui s’appelle Oh Boy, extraordinaire, un coup de cœur. En plus, je l’ai vu dans l’avion, généralement quand tu vois les films dans l’avion, le son est une catastrophe. J’allais au Canada donc j’ai vu 5 films dans la journée. Il est fabuleux parce qu’il est hyper simple en apparence. Il est tellement bien écrit. Je pense que c’est le film que je vais offrir le plus souvent maintenant.

Partager : Facebook Twitter Email

 


Carine Trenteun Plus d'articles de