Close

L’Enharmonie fête Mozart

06 Jan Publié par dans Mécénat, Musique classique

L’orchestre symphonique L’Enharmonie poursuit son implantation dans le paysage musical toulousain et régional. Le 13 janvier prochain, en l’auditorium Saint-Pierre des Cuisines, la formation créée et dirigée par Serge Krichewsky consacre son concert à Wolfgang Amadeus Mozart. Musiques symphonique et vocale sont inscrites à ce programme offert au bénéfice de l’association « Plus de soleil pour nos aînés », parrainée par Hôpital Sourire.

L'Orchestre L'Enharmonie dirigé par Serge Krichewsky - Photo Classictoulouse -

Faut-il rappeler que L’Enharmonie est un orchestre toulousain typique d’une formation dite « Mozart » qui, selon le répertoire abordé, réunit de trente à cinquante-cinq musiciens environ. Cette belle initiative est le résultat d’une collaboration originale entre des musiciens amateurs confirmés (environ les 4/5èmes de l’effectif) et des musiciens professionnels essentiellement issus des rangs de l’ONCT (Orchestre National du Capitole de Toulouse). Deux personnalités parfaitement représentatives de ce projet en sont à l’origine : Serge Krichewsky, musicien professionnel, hautboïste à l’ONCT, co-fondateur des Clefs de Saint-Pierre, et Matthieu Mambrini, chercheur CNRS au Laboratoire de Physique Théorique de l’Université Paul Sabatier. Le but de ce projet est triple : stimuler une pratique amateur de haut niveau par association d’instrumentistes confirmés mais exerçant une activité principale autre que la musique, favoriser les échanges entre le milieu des amateurs éclairés et les musiciens de l’ONCT, et explorer un répertoire élargi à des œuvres injustement négligées. Serge Krichewsky assure la direction musicale de l’orchestre.

Le programme du concert du 13 janvier, consacré à Mozart, s’ouvrira sur l’Allegro con brio de la symphonie n° 25, typique de la période « Sturm und Drang » qui sera associé à la grande symphonie n° 40, devenue un véritable « tube » de toute la musique et à l’ouverture de La Flûte enchantée. Un florilège d’œuvres vocales complètera ce panorama symphonique. Le Laudate dominum, extrait des Vêpres solennelles, l’air de Pamina « Ach, ich fühl’s » de La Flûte enchantéeEt incarnatus est, de la grande Messe en ut mineur, et le Motet KV 165 Exultate jubilate.

La soliste invitée, la soprano Elena Poesina, possède un palmarès particulièrement flatteur. Après une Licence en chant lyrique et pédagogie obtenue à l’Université de Musique de Bucarest, Elena Poesina a intégré le Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans les classes de C. Lavoix, E. Haim et J. Cohen, puis dans le cadre de l’Institut Supérieur des arts de Toulouse, elle a obtenu son Diplôme d’Etat de professeur de chant. Apparaissant régulièrement dans de nombreuses productions d’opéra (Théâtres du Capitole, du Chatelet, Massimo de Palerme, Real de Madrid, Opéras de Montpellier, Toulon, Monte-Carlo, Opéra Bastille…). Son répertoire, dans lequel Mozart figure en très bonne place, ne cesse de s’étendre.

Signalons que le même programme sera donné le 12 janvier en l’église Saint-Laurent de Cugnaux.

Serge Chauzy
Une Chronique de Classic Toulouse

Orchestre L’Enharmonie
Hôpital Sourire

Partager : Facebook Twitter Email

 

Les Commentaires sont fermés

Serge Chauzy Plus d'articles de