Close

Autour d’Aymé Kunc

06 Déc Publié par dans Musique classique | Commentaires

L’Association Aymé Kunc s’est donné comme tâche de rendre justice au grand compositeur toulousain en organisant la diffusion de ses œuvres. Sa production musicale, aussi bien symphonique qu’en musique de chambre, mérite en effet beaucoup mieux que le sort qui lui est réservé dans les programmes de concert. Le 10 décembre prochain, une soirée de musique française.

L'Orchestre L'Enharmonie, dirigé par Serge Krichewsky, ,lors d'un précédent concert à Saint-Pierre des Cuisines - Photo Classictoulouse

L’Orchestre L’Enharmonie, dirigé par Serge Krichewsky, ,lors d’un précédent concert à Saint-Pierre des Cuisines – Photo Classictoulouse

Rappelons qu’Aymé Kunc, contemporain de Ravel fut, pendant trente ans de 1914 à 1944, le directeur du Conservatoire de Toulouse auquel il conféra un lustre particulier. Il anima la vie musicale de sa ville de naissance avec discernement et audace. Il obtint le Premier Grand Prix de Rome en 1902, avec sa cantate Alcyone. En 1927 et 1928, il fut l’artisan de la création à Toulouse de La Tétralogie et de Parsifal, de Wagner. Jusqu’à son décès, survenu le 13 février 1958, il composa et révisa son œuvre, à la fois importante et diverse. La musique vocale, notamment pour chœur, et la musique symphonique y tiennent une place de choix aux côtés d’un bel ensemble de partitions de musique de chambre. Grâce notamment à l’impulsion donnée par l’Association Aymé Kunc et son président Henri Félix, le concert du 10 décembre permettra de découvrir ou de retrouver quelques pièces importantes du compositeur. L’orchestre L’Enharmonie, créé et dirigé par Serge Krichewsky, animera cette soirée.

Le Poème pour violoncelle et orchestre, écrit en 1943 pendant les heures sombres de l’occupation porte en exergue la mention « Jours d’épreuves, jours d’espérance ». Il sera interprété en soliste par Thomas Duran. La Fantaisie pour piano et orchestre, qui fut l’objet d’un envoi de Rome, n’a pas été programmée depuis 1957. Elle sera jouée par le pianiste Laurent Molines. Cloches d’automne pour orchestre complètera ce triptyque.

En outre, Claude Debussy (Marche écossaiseTarentelle styrienne etSarabande), Gabriel Fauré (Elégie pour violoncelle et orchestre) et Emmanuel Chabrier (Idylle et Danse villageoise) complètent ce tableau de musique française.

Serge Chauzy
Une Chronique de Classic Toulouse

mardi 10 décembre 2013
Auditorium Saint-Pierre des Cuisines

Partager : Facebook Twitter Email

 


Serge Chauzy Plus d'articles de